31 janvier 2014

À copier 100 fois - Antoine Dole.

« J'voudrais pouvoir me dire que tu seras toujours là, prêt à m'ouvrir la porte, à me prendre dans tes bras. »

Auteur : Antoine Dole.
Éditions : Sarbacane.
Genre : Jeunesse, Drame.
Année de sortie : 2013.
Nombre de pages : 56.

Synopsis : « "Papa m’a dit 100 fois comment il fallait que je sois". Et surtout, "pas pédé". La consigne est claire et quand le narrateur se fait harceler par les gros bras du collège, il n’a qu’à se débrouiller tout seul. Heureusement que Sarah est là, qui n’a pas peur, elle. Pour le baume au cœur, c’est bien. Mais la question reste : comment gagner l’amour d’un père qui vous rejette pour ce que vous êtes ? »

Merci à Claire et aux éditions Sarbacane pour ce livre !

Mon avis :
C'est un tout petit livre qui fait un grand bien. De nouveau le thème de l'homosexualité, surtout de l'homophobie. Le héros de ce roman subit les coups de ses camarades l'indifférence de son père face à ce qu'il vit ainsi que la honte de la personne qu'il est. Un adolescent seul et perdu, qui encaisse les poings sans broncher, voilà ce qu'il est.

Ce livre n'a que 56 pages, c'est peu, très peu, et pourtant ce n'est pas un livre qui soit spécialement destiné aux enfants, bien au contraire on peut le lire à tout âge, à l'adolescence quand on vit mal cette période, mais aussi en tant qu'adulte, parce que le père du héros n'est pas le seul homme à être comme ça, beaucoup de parents réagissent de la même façon, et ce livre y fait beaucoup réfléchir, prendre conscience de ce que chacun peut ressentir dans cette situation.

Ce petit bouquin, j'aurais aimé qu'il soit bien plus gros, bien plus long. Parce que si en une cinquantaine de pages il a réussi à me faire pleurer à plusieurs reprises, s'il en avait eu 200 j'aurais vidé la boîte de mouchoirs. J'ai été très sensible durant cette lecture, parce que le personnage principal me faisait énormément de peine, mais j'étais surtout énervé après tous ceux qui le voyaient comme différent alors qu'il n'a rien de plus normal. Il est comme tout le monde.

Antoine Dole réussit à nous faire ressentir les émotions du jeune garçon grâce à ses pensées en italique, et ce sont ces dernières qui m'ont énormément touchées au point que mes larmes ne cessaient de couler. Cet adolescent est mal et personne ne l'a vu, personne n'a pris la peine de le voir, personne ne s'est intéressé à lui, et c'est bien là le pire. La plume de cet auteur a vraiment de la magie en elle, parce qu'avec un aussi petit roman, pouvoir provoquer un coup de cœur chez les gens, il faut posséder un sacré talent, et il l'a.

Ce livre est une petite merveille, un petit trésor, on veut qu'il dure éternellement mais il se termine trop rapidement, on a peur, on est triste, on pleure, on est heureux, on pleure, on est énervé après ces homophobes qui ne devraient pas exister, on pleure. Et au final ce livre devient un vrai coup de cœur qu'on a envie de relire dès qu'on l'a terminé.

Un petit coup de cœur pour cette petite merveille.

2 commentaires: