Mes dernières chroniques :

Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image

mardi 1 septembre 2015

Addiction - Blake Nelson.

« Je voudrais que chaque seconde dure une éternité. »

Auteur : Blake Nelson.
Éditions : Albin Michel, collection Wiz.
Genre : Jeunesse, Contemporain.
Année de sortie : 2014.
Nombre de pages : 348.

Synopsis : « Maddie, 17 ans, est en cure de désintoxication pour un problème d’alcool, de drogue et de comportement violent. D’abord rétive et solitaire, elle reprend vie quand elle rencontre Stewart, croisé dans le bus qui emmène les patients à la seule sortie autorisée : une séance de cinéma un soir par semaine. Très amoureux l’un de l’autre, les deux jeunes gens se retrouvent vite sur la sellette - toute relation est interdite pendant la cure. Bravant le règlement, ils se mettent en danger. Une fois dehors, les rechutes et séparations s’enchainent entre eux. Tandis que Stewart perd de plus en plus pied, Maddie comprend qu’elle est plus forte, plus solide, plus confiante en l’avenir que lui. Un jour, le dilemme se pose de façon irrémédiable : soit elle sauve sa peau et quitte à jamais Stewart, soit elle prend le risque insensé de se perdre à nouveau en voulant le sauver... »

Mon avis :
Addiction est un livre qui m'a d'abord intrigué par sa couverture : des médicaments laissaient présager un roman sur la puissance que peut avoir une addiction, et c'est un sujet qui m'intéresse beaucoup, justement parce que j'en sais trop peu à ce propos. Je l'ai laissé un moment dans ma bibliothèque, mais me vint il y a peu cette soudaine envie de le découvrir, dans le cadre de ma pile à lire de l'été, alors je me suis laissée tenter par cet univers sombre, glacial.

Maddie est l'une des plus jeunes droguées dans son centre de désintoxication. Si elle y est, c'est pour aller mieux. Si elle y est, c'est pour rayer à jamais ces substances de sa vie. Elle traverse des semaines difficiles et est plutôt renfermée. Mais quand elle rencontre Stewart, sa vie entière change. Sa raison de vivre aussi. Maddie est une jeune fille téméraire, on croit en elle et on s'attache très vite à ce personnage, son histoire nous touche, et sa force de vaincre ce qui est mal nous rend admiratifs. Stewart quand à lui est un personnage qui sur le début me plaisait énormément, l'amour entre ces deux jeunes était si beau, si plein d'espoir. Mais Stewart a cessé de me plaire au fil des pages, bien qu'il reste le même, j'avais si peur qu'il entraîne Maddie dans sa chute s'il en refaisait une. Tous deux représentaient un amour qu'on ne peut pas comprendre, un amour d'espoir, un amour d'ambition, un amour d'avenir, car tous deux ressentent le besoin de s'en sortir.

Ce livre, bien qu'il ne soit pas un roman d'action, sait nous envoyer des décharges d'adrénaline ainsi que de grandes doses de suspens. Ici, le mystère n'a rien d'incroyable : notre plus grande crainte est de voir Maddie replonger dans ses démons passés, replonger dans la drogue, l'alcool, l'univers autour de tout ça. Et je crois que c'est l'une des craintes les plus grandes que j'ai ressenties dans un roman. Car personnellement je me suis sentie si vulnérable en lisant cette histoire, si différente et si proche d'eux à la fois. On sait que tout peut basculer, on sait que les gens autour de nous peuvent tomber, on sait que des inconnus peuvent mourir de notre propre addiction. C'est ce qui rend la situation beaucoup plus grave qu'on ne pourrait l'imaginer. Mais à côté on suit aussi l'évolution de Maddie, une battante, avec qui on compte les mois sans qu'elle ne touche aux substances interdites. On partage avec elle ce combat qu'elle mène face à la maladie. On vit avec elle des événements qui la changeront à tout jamais. On réussit presque à ressentir sa propres souffrance à travers ses mots.

L'auteur nous offre ici un roman agréable à la lecture, qui traite d'un sujet difficile. Un sujet difficile à saisir ainsi qu'à recoucher ensuite sur papier. J'ignore si les sensations et les situations sont semblables à celles que vivent de véritables drogués, mais personnellement j'ai trouvé que l'histoire était très bien amenée, pour nous faire peur, pour nous faire mal, pour nous faire s'impatienter face à la suite prochaine du récit. J'ai trouvé cette histoire assez addictive, j'étais toujours désireuse de connaître l'avancée de Maddie, et de son histoire avec Stewart. L'auteur n'hésite pas à nous choquer, à nous traumatiser, mais c'est ce qui rend le roman plus intense, plus éprouvant.

Je suis très heureuse de m'être décidée à sortir ce roman de ma bibliothèque car c'est une histoire que j'ai vraiment appréciée, malgré son côté sombre. Un sujet très difficile à aborder que j'ai aimé découvrir en suivant Maddie, mais j'ai surtout été surprise de découvrir les principaux facteurs qui font replonger même les plus résistants. Surprise est un grand mot car c'est évident, mais le lire m'a encore plus troublée. Je ressors donc de ce roman avec un avis très positif, malgré la gravité de l'histoire, j'ai vraiment apprécié le récit du début à la toute fin : une fin qui m'a fait sourire, malgré certaines tristesses.

Un très bon roman.

mardi 25 août 2015

Digitale - Sarah Wagon.

« C'est maintenant une fine cascade de paillettes scintillantes qui me caresse le visage. »

Auteur : Sarah Wagon.
Éditions : Pocket Jeunesse.
Genre : Dystopie, Science-Fiction, Jeunesse.
Date de sortie : 20 août 2015.
Nombre de pages : 245.

Synopsis : « Un monde sans émotions, le bonheur sous contrôle. Jade, vingt ans, vit dans une société parfaite, ou la violence a été éradiquée. Comme tout le monde, elle porte, implantée dans la nuque, une puce digitale qui régule ses émotions. Guérisseuse au Centre de Reboot, Jade traite les déficients dont la puce a buggé... Jusqu'à l'arrivée de Sacha Fleery. Toutes les réinitialisations échouent sur ce jeune homme exalté, sauvage. Malgré l'aversion qu'il lui inspire, Jade accepte de s'approcher de lui pour tenter de le sauver. Un choc. Si bouleversant que la puce de Jade disjoncte. Reconnectée, Jade découvrira la peur, le désir... et la révolte. »

Mon avis :
Je remercie les éditions Pocket Jeunesse pour ce premier roman en partenariat qui a été comme un cadeau dans ma boîte aux lettres : je ne m'attendais pas à sa venue, et je souhaitais pourtant le lire depuis un moment. J'étais impatiente mais j'appréhendais aussi cette lecture car les avis étant que très peu positifs, j'avais peur que ce livre ne soit une déception pour moi. Au final mon avis est très mitigée et j'en suis la première attristée.

Jade est, comme dans toutes les sociétés dystopiques, un pantin parmi d'autres : elle suit les ordres, elle obéit sans cesse et, de plus, elle ne ressent aucune véritable émotion – tout est sous contrôle dans son corps si bien qu'un individu pourrait la frapper, elle serait incapable ne serait-ce que de se défendre ou de crier. Elle travaille au centre de Reboot, là où les déficients redeviennent de parfaits petits membres de la société. Mais Sacha est un garçon qui résiste, encore et encore, et personne n'a jamais vu un phénomène pareil. Jade va alors décider de s'occuper de lui, mais rien ne va se passer comme prévu, sa puce digitale va disjoncter, et Jade va découvrir le monde sous un nouveau jour. Nos deux personnages principaux sont en fait les seuls que nous allons suivre durant l'histoire, les autres ne sont vraiment que secondaires. Je pense que le premier défaut du roman c'est qu'on reste un peu trop en surface avec Jade et Sacha, je n'ai pas réussi à vraiment m'attacher à eux car je ne me sentais pas assez proche, j'ai eu le sentiment de ne pas assez les connaître, et je pense que c'est cette impression qui fait que tout au long de l'histoire on a du mal à apprécier certains événements à cause de cette distance. J'aurais aimé ressentir davantage d'émotions pour me sentir liée à ces deux jeunes au destin incertain.

Mais malgré les défauts que j'ai trouvés au roman, le gros point positif est pour moi l'histoire, les idées de l'auteur, ce qui m'a donnée envie de continuer ce roman malgré mes appréhensions. J'appréciais la tournure du récit, le suspens qui pouvait être présent , et l'incertitude des personnages quand à leur avenir. L'imagination de l'auteur est pleine de ressources, qui peuvent être passionnantes, mais je pense donc que si elles avaient été mieux exploitées cela aurait donné un roman bien plus apprécié par les lecteurs. J'avoue tout de même avoir envie de lire le tome 2 en espérant que l'auteur prendra compte des critiques sur le premier tome afin d'améliorer la construction de son histoire, cela pourrait amener un second tome renversant, dans tous les sens du terme.

La plume de l'auteur est simple, et c'est ici qu'il y a des choses à améliorer. L'impression de rester en surface est un problème de style, il aurait fallu que l'histoire soit plus approfondie, que les deux personnages principaux soient plus exploités afin que cela les rende intéressants. Il faudrait que l'auteur s'attarde toujours plus sur chaque nouvel événement afin qu'on le vive pleinement, et non comme quelqu'un d'extérieur. Il faut que la romance soit plus exposée sans virer au niais (et surtout PAS au triangle amoureux, si cela arrive dans le tome 2 là par contre je serai vraiment déçue). Ce roman a malheureusement de nombreuses choses à améliorer, j'ai un peu eu l'impression de lire une histoire non achevée (surtout avec une fin aussi énigmatique, mais ça c'est un bon point pour nous donner envie de lire le tome 2), donc j'attends tout de même le tome 2 pour savoir comment va continuer l'histoire, mais ce n'est pas vraiment un roman que je conseille.

Je ressors donc de ce livre plutôt déçue, le résumé était si prometteur que je m'attendais à un roman explosif, et ce n'est malheureusement pas ce que j'ai eu. Je reste curieuse de découvrir le tome 2 en espérant que l'auteur saura améliorer ce que nous critiquons dans ce premier tome : un grand manque de profondeur et d'émotions, des idées à exploiter davantage, intégrer le lecteur à l'histoire et ne pas le voir comme un simple spectateur. Le plus gros défaut à corriger est cette impression de rester en surface dans le récit, j'attends donc beaucoup mieux du tome deux, et j'avoue ressentir de la tristesse de ne pas avoir apprécié ce roman, en espérant qu'il vous plaise davantage si l'envie vous prend, comme moi, de le découvrir.

Un avis très mitigé.

dimanche 23 août 2015

Quelqu'un qu'on aime - Séverine Vidal.

« Il voudrait garder ce moment, le retenir. Mais il ne peut pas, le présent file et c'est comme ça. »

Auteur : Séverine Vidal.
Éditions : Sarbacane (collection Exprim).
Genre : Contemporain, Jeunesse.
Date de sortie : 26 août 2015.
Nombre de pages : 205.

Synopsis : « Matt craignait le pire. Il sent sur son cou la main de son grand-père, qui prend la parole :
Je perds la mémoire. Et ce jeune homme, assis là, il m'emmène en tournée à travers les USA pour réveiller les souvenirs enfouis. C'est pas beau, ça ?
Antonia et Luke hochent la tête ensemble, parce qu'ils sont émus, Matt le voit dans le rétro.
Gary relâche son étreinte et :
Qui pourrait rêver meilleur petit-fils, hein ?
Matt craignait le pire et ce n'est pas ce qui est arrivé. C'est même tout le contraire. »


Mon avis :
Quelqu'un qu'on aime est un roman qui même sans l'ouvrir m'a déjà plu : sa couverture est tout simplement sublime. Et en lisant le roman elle prend tout son sens. Je ne connaissais Séverine Vidal que par un de ses romans jeunesse, j'ignorais donc ce que cela pouvait donner avec une écriture un peu plus matière. Curieuse de le savoir, je me suis plongée dans ce roman, et je peux vous dire une chose : mon ignorance a été remplacée par une grande admiration.

Ce sont plein de personnages dans ce roman, et si peu à la fois. Gary, notre bon papy qui perd la mémoire et qui est à l'initiative de ce road trip pour retrouver la mémoire. Matt, son petit-fils, jeune père, l'accompagne dans ce périple. Sa fille Amber, encore un bébé, est là elle aussi. Puis Antonia et Luke, nos deux nouveaux compagnons, sont du voyage. Ces 5 personnes vont apprendre à se connaître jusqu'à former une vraie famille, une famille dont on fait nous aussi partie, et c'est d'autant plus touchant quand on lit un livre de se sentir aussi impliqué dans le récit. Je les ai tous trouvés tellement attachants, émouvants, j'avais envie d'en savoir plus sur leurs histoires passées, certains personnages ayant des vies plus mystérieuses que d'autres. On apprend à les connaître en même temps qu'eux-même apprennent à se connaître, et ça donne à ce roman un côté très agréable car on appartient au groupe, à l'histoire. On vit le road-trip avec eux.

C'est une histoire vivante, réelle. Les personnages sont humains, on les découvre tels qu'ils sont, avec leurs qualités comme leurs défauts. On peut voir leurs points forts comme leurs faiblesses, on ne les juge pas, on les aime tellement. J'ai vraiment apprécié ce voyage qui était émouvant, aucun autre mot ne correspond aussi bien à ce récit. L'intrigue est simple, et pourtant ce livre est passionnant. On est à l'aise parmi les membres de cette nouvelle famille, c'est donc un plaisir de se replonger dans l'histoire afin de continuer l'aventure, chaque nouveau chapitre nous apprenant davantage de tel ou tel mystère. C'était plein d'amour et plein d'espoir, ça nous donne envie de claquer la porte de chez nous et de partir, loin, de s'évader sur les routes comme ils le font si bien. C'est un roman qui détend, qui touche, parfois en plein cœur, qui nous fait rire, sourire, mais qui peut aussi nous faire pleurer. Un petit roman qui renferme de grandes choses.

Mais si tout ça est si beau, si agréable, si touchant, si émouvant, c'est évidemment grâce à la plume de Séverine Vidal. Je vous le dis tout le temps mais les auteurs de la collection Exprim, bien qu'ils aient chacun leur propre style, ont une petite ressemblance dans leurs histoires en général, une plume assez familière qui nous rapproche encore plus de l'histoire, et surtout un style plus passionnant que jamais. Ce que j'ai retrouvé chez Sévérine Vidal, et surtout ce que j'ai énormément apprécié. C'est poétique tout en étant simple, c'est agréable et rempli d'émotions. Une plume que j'aime beaucoup, des idées que j'ai vraiment trouvées excellentes et une fin qui m'a énormément plu. Et quand la fin me plaît, alors c'est que le roman tout entier m'a plu.

Ce livre est donc un roman à lire, surtout à cette période de l'année – les vacances se terminent et vous avez besoin d'évasion. Un livre qui nous fait voir la vie positivement même quand elle n'est pas toujours belle, un road-trip passionnant et amusant, des rencontres qui nous touchent en plein cœur et une plume envoûtante, poétique, le tout pour un roman émouvant que je ne peux que vous conseiller de tout cœur.

Une merveilleuse lecture.

jeudi 20 août 2015

Dieu me déteste - Hollis Seamon.

« Je veux y être, mon grand. Pour Noël, je veux juste être. »

Auteur : Hollis Seamon.
Éditions : La belle colère.
Genre : Contemporain.
Année de sortie : 2014.
Nombre de pages : 277.

Synopsis : « New York, hôpital Hilltop. Richard Casey aura bientôt 18 ans. Comme tous les adolescents, il voudrait faire la fête, draguer, s’envoyer en l’air, tomber amoureux… La différence, c’est que Richard sait qu’il ne fêtera jamais ses 19 ans. Il est un peu plus pressé que les autres et, pour vivre fort, il lui faut déjouer les pièges de tous ceux qui préféreraient le voir vivre un peu plus longtemps. Heureusement, Richard a de la ressource, du courage et un solide sens de l’humour. Alors il va ruer dans les brancards. Et si Dieu le déteste, il est prêt à rendre coup pour coup. »


Mon avis :
Dieu me déteste a avant tout attiré mon regard à cause des avis très positifs mais surtout des personnes qui disaient ne pas avoir apprécié Nos étoiles contraires et avoir eu le coup de cœur pour ce livre-ci. Moi qui avait eu une légère déception pour le roman de John Green (bien que ce soit une magnifique histoire), j'avais envie de me plonger dans ce livre au plus vite pour voir ce qu'il avait de si spécial, de si différent. C'est donc ce que j'ai fait.

Richard sait qu'il ne vivra pas aussi longtemps que les gens qui l'entourent, il sait qu'il a une maladie incurable, il sait qu'il ne s'en sortira pas vivant et qu'il n'aura peut-être jamais la majorité. Mais il veut profiter de ses derniers instants, même si ça se passe dans un hôpital, et même s'il se fait passer pour un ado capricieux. Richard est un personnage très spécial, ses pensées ne cessent de nous étonner, mais on ne peut que s'attacher à ce jeune homme que dieu déteste. Je l'ai trouvé très intéressant à découvrir, tout comme son amie Sylvie, ou bien les autres membres du personnel de l'étage, les amis et la famille. Chaque personnage a son histoire mais surtout chacun d'entre eux possède une souffrance qui leur est propre : s'ils sont dans un hôpital, que ce soit le couloir ou la chambre, c'est pour une raison qui est loin d'être joyeuse. C'était beau et triste à la fois de les découvrir un à un, avec leurs histoires, leurs émotions.

Mais – oui, il y a un mais – j'ai tout de même ressenti une petite déception en refermant ce roman, exactement comme avec Nos étoiles contraires, car une fois de plus je m'attendais à trop. Alors non cette déception n'a rien à voir avec le roman en lui-même qui est vraiment touchant et qui nous raconte une très belle histoire. C'est juste qu'à trop entendre des avis positifs je finis par vouloir trop et ne pas avoir assez, même quand le roman fait pourtant son maximum – et avec beaucoup de talent généralement. Alors oui je le dis j'ai ressenti une certaine déception, mais je le dis aussi ce roman est vraiment unique, pour ses personnages si spéciaux, leurs idées, leurs rêves et leurs activités pour le moins... loufoques ! J'ai aimé suivre Richard dans sa vie à l'hôpital même si des frissons me parcouraient par moment. Je trouvais ça tellement injuste, tellement déprimant d'entendre parler d'enfants dans un service de fin de vie. Mais le jeune garçon met beaucoup d'action dans sa triste vie, et on s'amuse bien avec son oncle, sa copine, et les autres rencontres qui naissent au fil des pages.

L'auteur possède une plume spéciale, comme si c'était un langage unique, un style que je n'avais encore jamais vu, un style propre à lui-même. J'ai apprécié ce changement, j'aime découvrir de nouvelles choses et la lecture m'apporte de nombreuses découvertes, ce qui me ravit. J'ai ici découvert un nouveau style, mais j'ai aussi découvert de nombreuses manières de penser, j'ai appris à comprendre et à aimer Richard, et surtout : j'ai apprécié la fin de ce roman. Ce livre remplit d'amour et d'espoir vous fera parfois oublier de courts instants que les personnages risquent de mourir d'ici peu.

Ce roman était très intéressant à découvrir, pour rencontrer Richard et son entourage mais aussi pour être touché par l'histoire et ressentir l'envie de s'y impliquer. J'avoue avoir été légèrement déçue car je m'attendais au coup de cœur mais il m'a manquée quelque chose. Je dois tout de même souligner que ce roman est touchant, très émouvant, et qu'il vous fera passer un agréable moment malgré son triste sujet.

Une belle lecture.

vendredi 14 août 2015

Les royales baby-sitters - Clémentine Beauvais.

« N'oubliez pas de fermer les cages lits à barreaux à clé. »

Auteur : Clémentine Beauvais (illustrateur : Becka Moor).
Éditions : Hachette.
Genre : Jeunesse.
Année de sortie : 2015.
Nombre de pages : 154.

Synopsis : « Il était une fois deux sœurs, Anna et Holly, qui cherchaient un petit travail pour se payer des SUPER-GRANDES VACANCES. Par exemple... BABY-SITTERS ! Il était une fois, dans le même pays, un roi et une reine qui avaient décidé de PRENDRE DES VACANCES. Il était une fois, donc, Anna et Holly qui gardaient les enfants du roi et de la reine partis une journée. Mais il peut s'en passer, des choses, en UNE JOURNEE, quand vous avez six affreux petits chéris à surveiller, un prince plus-trouillard-tu-meurs, et un ennemi juré à affronter ! »


Mon avis :
Un roman de Clémentine Beauvais ? Parfait, je sais déjà que mon moment de lecture sera drôle, agréable, et surprenant. Évidement il s'agit là d'un roman très jeunesse, mon avis sera donc un peu plus court, et intéressera certainement davantage les petits, ainsi que les grands en quête d'un roman pour leur enfant, leur neveu, leur cousine...

Anna et Holly sont deux jeunes sœurs qui rêvent de s'amuser durant leurs vacances. Pour cela, rien de plus simple à leurs yeux, il leur faut un petit job qui leur permettra de se payer des supers vacances de rêve. Le seul métier qu'elles arrivent à dénicher est celui de baby-sitter. Mais pas pour n'importe qui, non : elles vont garder les bébés du roi et de la reine. Elles sont impatientes et sont surtout loin d'imaginer que 6 petits démons les attendent dans une chambre, des gamins impossible à surveiller. Cerise sur le gâteau, elles vont devoir vaincre un ennemi alors qu'elles n'ont aucune armée. Elles ne pensaient pas que gagner de l'argent pour des vacances de rêve serait si compliqué...

Anna et Holly sont deux filles rigolotes qui imaginent parfois les solutions un peu trop facilement pour au final se rendre compte que non, tout n'est pas si facile que ça. Mais si on rigole beaucoup dans ce roman c'est surtout grâce à tous les personnages, les parents des bébés qui sont totalement à l'ouest, les 6 gamins qui s'échappent de tous les côtés, leur grand frère qui est un froussard et qui ne comprend pas tout, et surtout leur ennemi qui vient envahir le royaume. Les deux sœurs doivent à tout prix trouver un moyen d'éviter la catastrophe, et plus l'histoire avance plus on se dit qu'elles ne s'en sortiront pas avec autant de responsabilités. L'auteur sait nous faire rire avec des événements tous plus amusants les uns que les autres. Un roman parfait pour les enfants qui pourront rire des différentes situations mais surtout apprécier les personnages et les liens d'amitié qui vont se créer entre eux. Les illustrations sont super jolies, elles s'accordent parfaitement bien avec le récit et elles permettent aux nouveaux lecteurs de s'aider à comprendre l'histoire s'ils ne saisissent pas tout.

En conclusion ce roman plaira vraiment aux enfants qui veulent un roman d'aventure et d'humour. Je sais qu'il s'agit en réalité d'une saga avec plusieurs tomes avec que les fans puissent suivre Anna et Holly dans différents aventures. Un livre à offrir aux plus jeunes lecteurs afin qu'ils passent un moment agréable et amusant. Je le conseille donc et c'était intéressant de découvrir Clémentine Beauvais dans ce genre.

Parfait pour les plus jeunes !

jeudi 13 août 2015

Tant que nous sommes vivants - Anne-Laure Bondoux.

« Tu crois qu'il faut toujours perdre une part de soi pour que la vie continue ? »

Auteur : Anne-Laure Bondoux.
Éditions : Gallimard Jeunesse.
Genre : Jeunesse, romance.
Année de sortie : 2014.
Nombre de pages : 298.

Synopsis : « "Nous avions connu des siècles de grandeur, de fortune et de pouvoir. Des temps héroïques où nos usines produisaient à plein régime, et où nos richesses débordaient de nos maisons. Mais un jour, les vents tournèrent, emportant avec eux nos anciennes gloires. Une époque nouvelle commença. Sans rêve, sans désir. Nous ne vivions plus qu'à moitié, lorsque Bo entra, un matin d'hiver, dans la salle des machines." Folle amoureuse de Bo, l'étranger, Hama est contrainte de fuir avec lui. Commence alors pour eux un fabuleux périple à travers des territoires inconnus. Leur amour survivra-t-il à cette épreuve ? Parviendront-ils un jour à trouver leur place dans ce monde ? »
Mon avis :
C'est Cassandra du blog Croque les mots qui m'a offert ce roman afin que je puisse le découvrir à mon tour. Il est resté un moment dans ma bibliothèque, puis j'ai rencontré l'auteur que j'ai eu le plaisir d'interviewer (ici) et sa douceur ainsi que sa gentillesse m'ont donnée une folle envie de découvrir sa plume qui me promettait d'être pleine de talent. J'ai fait un merveilleux voyage en compagnie de Bo, Hama, et de tous les autres personnages, plus touchants les uns que les autres.

Bo et Hama sont jeunes, plein d'ambitions, leurs esprits remplis de projets. Mais surtout, Bo et Hama sont amoureux, et l'amour fait faire des choses folles. Leur couple déborde de joie de vivre, ils sèment le désir sur leur passage, ils font envie, ils sont heureux. Mais une suite d'événements va les obliger à quitter leur petit confort, à grandir – peut-être trop brutalement. Bo et Hama m'ont fait rêver, leur amour de jeunesse aussi. J'ai apprécié ces deux personnages pour leur humanité, et leurs défauts. Je les ai trouvés tellement touchants, attachants, je ne voulais pas les quitter. Puis l'histoire a évolué, et j'ai découvert de nouveaux personnages tout aussi fabuleux que le jeune couple...

Mon amour pour cette histoire est tel que je suis incapable de vous l'exprimer par écrit. Je vais tenter de vous faire comprendre pourquoi tout ce récit est exceptionnel à mes yeux. Avant tout pour l'amour, la beauté qu'il apporte, tout cet espoir qui y est associé. Bo et Hama sont les premiers à nous montrer tout cet amour. Mais on découvre surtout plusieurs formes de ce dernier, plusieurs sortes et plusieurs manières de l'exprimer. J'ai été très émue durant ma lecture, laissant à plusieurs reprises des larmes couler le long de mes joues, touchée par la plume de l'auteur, touchée par les événements, ainsi que par les personnages. Tout dans ce livre était beau, poétique, magique, que ce soit triste ou joyeux on le vivait pleinement, c'était merveilleux. Le message que ce livre veut passer est lui aussi merveilleux. Vous croyez qu'il faut toujours perdre une part de soi pour que la vie continue ?

Le style est sublime, l'auteur possède une plume très talentueuse, son style est poétique, mélodieux, on croirait lire un poème ou un chant, on entend presque le rythme derrière les mots, c'était magique, il n'y a pas d'autre mot. J'ai voyagé avec Bo et Hama, ainsi qu'avec les autres personnages, j'ai vu l'enfance, l'adolescence, l'âge adulte, j'ai vu la vie en entier, mais la vie est si grande que je sais que je n'en ai vu qu'une partie : cette partie m'a comblée, émerveillée, et je reste totalement fascinée par l'histoire, l'auteur, l'amour, l'espoir. C'était si beau que je veux en parler au monde entier, si beau que je veux à tout prix que vous, vous le lisiez, si beau qu'il faut en parler autour de soi. Ce livre est une perle.

C'est donc une fabuleuse découverte que j'ai fait en lisant un roman d'Anne-Laure Bondoux pour la première fois : l'auteur, en plus d'être très agréable à écouter, l'est aussi quand on la lit, et ce voyage était encore plus que tout ça, c'était tout simplement magique. Je rêve déjà de me plonger dans un autre de ses romans pour retrouver sa plume, son imagination, et ses histoires d'amour et d'espoir.

Un magnifique coup de cœur.

samedi 8 août 2015

Toile d'@raignée - Calouan.

« J'espère qu'un jour elle se rendra compte de ses richesses. »

Auteur : Calouan.
Éditions : La Rémanence.
Genre : Jeunesse.
Année de sortie : 2014.
Nombre de pages : 267.

Synopsis : « Sancie est une adolescente ordinaire de treize ans... presque quatorze. Elle habite avec ses parents et sa grande sœur Béatrix, va au collège et partage son temps libre avec ses copines Mathilde et Fantine. Tout irait pour le mieux si son entourage cessait de la considérer comme une gamine. Sa vie bascule quand elle rencontre Arthur, un jeune homme de dix-neuf ans, et plus encore lorsque Peterpan, un adolescent de dix-sept ans, devient son confident sur Internet. Pourtant, elle n'a pas été réellement honnête avec ce dernier : elle lui a menti sur son âge par crainte qu’il se détourne d’elle. Une relation fondée sur le mensonge peut-elle durer ? »

Mon avis :
Je remercie les éditions La Rémanence pour m'avoir proposé un partenariat avec mon blog, et donc pour l'envoi de ce roman. C'est le livre qui m'a sauté aux yeux quand j'ai découvert le catalogue de ces éditions : la couverture sombre, perturbante, le titre mystérieux et très bien trouvé, ce roman me promettait d'être riche en suspens. Je me suis donc laissée tenter par cette histoire qui correspond bien à notre époque et qui, une fois de plus, nous met en garde contre les dangers d'internet.

Sancie vient tout juste d'avoir 14 ans. Elle va au collège comme toutes les filles de son âge et elle passe la plupart de son temps avec ses deux meilleures amies ou avec ses deux tortues. Ses relations avec sa sœur sont assez froides, elle n'est pas très proche de ses parents et elle s'éloigne peu à peu de ses amis quand internet prend une plus grande place dans sa vie. En effet elle fait la rencontre d'un certain Peterpan, et elle passe son temps à tchatter avec lui pour le connaître davantage. Mais un problème se pose : elle n'a que 14 ans, alors pour ne pas repousser son nouvel ami, elle lui fait croire qu'elle est âgée de 16 ans. Difficile de mentir à quelqu'un qui nous connaît à présent mieux que nos propres amis ! Mais ce Peterpan est très vite louche à nos yeux, lecteurs, et je me suis bien douté qu'un mauvais coup se préparait. Sancie est une jeune fille attachante, bien qu'un peu (beaucoup) (trop) naïve à mes yeux, je me suis dit qu'il fallait imaginer que personne ne l'avait jamais mise en garde contre les dangers de la toile, et je l'ai trouvée un peu moins stupide dans certaines de ses réactions. Peterpan quand à lui est un garçon énigmatique mais on ne tarde pas à se douter que quelque chose de louche risque de se produire si elle continue de lui parler régulièrement.

Nous sommes rapidement plongés dans l'histoire car Sancie parle vraiment comme si nous étions dans sa tête. Point positif ou non ? Si vous êtes jeune, cela sera forcément bien pour vous car vous vous identifierez à Sancie sans le moindre problème. Moi, j'ai eu un peu plus de mal avec cette manière d'écrire car Sancie me paraissait parfois trop immature dans ses propos et j'avais donc du mal à aimer le style. Pourtant ça ne m'a pas tant dérangée étant donné que j'ai tout de même été passionnée par les événements. Je n'ai lâché ce livre qu'à contrecœur quand j'avais autre chose à faire, sinon je l'aurais terminé immédiatement tant les situations dans lesquelles se met Sancie nous donnent envie de connaître la suite, encore et toujours ! Je pense donc que si j'avais lu ce roman plus jeune je l'aurais vraiment vraiment adoré. Là je me suis sentie un tout petit peu trop grande pour apprécier pleinement les aventures de la jeune fille.

Le style de l'auteur est donc très simple étant donné que nous avons une narration faite par Sancie qui nous détaille chacune de ses pensées et chacun de ses faits et gestes. On se sent dans la peau du personnage principal, et on a peur avec lui quand il lui arrive de mauvaises surprises. J'ai juste trouvé que parfois ses personnages étaient un peu trop longs à la détente par rapport à certaines choses qui nous paraissaient évidentes vues de l'extérieur. L'auteur sait mettre beaucoup de suspens dans son récit car on vit chaque minute de la vie de la jeune adolescente et on a parfois une folle envie de sauter 5 pages pour savoir ce qu'il va enfin se passer. Mais on se retient et on attend patiemment de découvrir ce que l'auteur nous a concocté de nouveau afin de nous étonner, de nous surprendre une fois de plus.

Si vous êtes jeune, vous allez vraiment adorer ce livre car vous pourrez vous identifier à Sancie avec facilité et vous sentir dans la peau de ce personnage. Dans tous les cas ce roman plaira à tout le monde pour son côté angoissant, son suspens et son action. Il montre bien que la vie ce n'est pas Facebook, Messenger et Skype, mais que c'est plutôt l'amour, l'amitié, la famille, les passions. Il nous fait passer un beau message et je l'ai trouvé vraiment agréable à lire.

Une lecture passionnante.

jeudi 6 août 2015

A comme aujourd'hui - David Levithan.

« Si seulement je pouvais ne plus penser à cet ailleurs où je voudrais être. »

Auteur : David Levithan.
Éditions : Gallimard (Pôle fiction).
Genre : Jeunesse, romance.
Année de sortie : 2013.
Nombre de pages : 438.

Synopsis :
« Chaque jour un nouveau corps. Chaque jour une vie différente. Chaque jour amoureux de la même fille. Il ne peut jamais prévoir où ou qui il sera. A s'y est maintenant habitué et a même établi certaines règles de conduite : ne jamais s'attacher. Faire en sorte de ne pas se faire remarquer. Ne pas s'impliquer. Tout suit son cours jusqu'au matin où A se réveille dans le corps de Justin et rencontre sa copine, Rhiannon. A partir de ce moment, A balayent les règles qui gouvernent sa vie. Parce qu'il a maintenant trouvé quelqu'un avec qui il veut passer sa vie. Du matin au soir, jour après jour. »

Mon avis :
David Levithan est un auteur que je m'impatientais de découvrir tant les avis à propos de ses romans sont bons, et tant sa plume a l'air d'émerveiller de nombreuses personnes. Mon rendez-vous du Livre Mystère du 13 m'a donc permis de le sortir de ma bibliothèque et de m'y plonger afin de découvrir un nouvel auteur, un nouveau style. Et à présent je ne désire qu'une chose : sortir Will&Will de ma bibliothèque parce que cet auteur l'a co-écrit avec John Green.

Nous nous réveillons en compagnie de A. Sauf que ce personnage ne pourra jamais être appelé « il » ou « elle » car il n'est ni garçon, ni fille. Il s'agit simplement d'une personne. J'ai vu en A l'idée d'un personnage qui prouve que la vie, l'amitié, et l'amour n'ont pas de sexe. A se réveille chaque jour dans un nouveau corps, il peut passer d'un obèse à une anorexique, d'un dépressif à une heureuse de vivre, le tout en une nuit seulement : impossible pour lui de rester plus d'une journée dans le même corps. Expérience intéressante car il découvre plus d'émotions et de vies que n'importe qui. Expérience effrayante car il n'éprouve jamais de sentiment de stabilité, de sûreté : sa situation du lendemain lui sera toujours un mystère, il ne peut donc rien prévoir. Sa vie suit son cours jusqu'à ce qu'A rencontre Rhiannon, et c'est là que toutes ses résolutions s'évanouissent en un simple regard dans sa direction. Il tombe amoureux, et qu'est-ce que c'est difficile de tomber amoureux de quelqu'un quand on sait que notre vie ne sera jamais en compagnie de la personne. A est un personnage touchant, terriblement attachant, et j'ai trouvé ça... magique de ne pas pouvoir imaginer d'enveloppe corporelle pour lui, mais de savoir tout de même la personne qu'il était à l'intérieur de chaque nouveau corps qu'il habitait. C'était nouveau, un personnage sans image précise de son physique, pourtant on le connaît mieux que personne. Rhiannon était une fille adorable qui parfois pourrait en agacer certains mais que j'ai trouvée très mature, sûre d'elle et ambitieuse. Un personnage émouvant et attachant.

L'histoire est intéressante dans le sens où A incarne le personnage sans origines, sans famille, sans sexe. A peut être une fille ou un garçon, peu importe, et A est déjà tombé amoureux d'une fille et d'un garçon, car il tombe amoureux des personnes et non de leur physique, leur genre. J'y ai vu une allusion à l'homosexualité, mais surtout un message pour montrer que les genres ne nous définissent pas vraiment : même si pour Rhiannon A serait plutôt un garçon, lui sait pertinemment qu'il n'est rien et tout à la fois. L'amour n'a pas de sexe, l'amitié n'a pas de sexe, ce sont des sentiments, tout simplement. C'était à mes yeux le plus beau message du roman. Roman qui met d'ailleurs en scène une romance, mais pas n'importe laquelle : rien de niais, non, j'y ai vu un amour très profond, très difficile à ressentir car de nombreuses barrières faisaient obstacle à cet amour. A qui avait du mal à revoir Rhiannon chaque jour car ses hôtes n'étaient pas toujours dans la ville la plus proche. Et Rhiannon qui devait tenter d'aimer autant une fille dépressive qu'un garçon obèse qu'une fille au corps de rêve. Un amour certainement voué à l'échec car impossible sur la durée, mais un amour auquel on ne cesse de croire durant toute la durée de l'histoire. C'était une sublime histoire d'amour à mes yeux, une histoire d'amour comme vous n'en avez jamais lue.

La plume de l'auteur est merveilleuse. Il possède un talent qu'on aperçoit aux premières phrases, et qui ne cesse de nous éblouir au fil des pages. On est totalement envoûté dans le roman, passionné par les événements et désireux d'en savoir davantage, toujours. J'ai dévoré ce chef-d’œuvre, il n'y a pas d'autres mots. Je m'y suis plongée pour ne plus en ressortir, j'étais si bien avec A, j'étais si bien dans cette histoire, j'étais si émerveillée par ce style particulier, incroyable. Je garde de ce roman un souvenir extraordinaire, c'est vraiment plus qu'un coup de cœur, c'est un amour inimaginable que je lui porte à présent.

Ce roman se place désormais au rang de mes livres préférés. J'ai été passionnée par l'histoire d'amour entre A et Rhiannon, émerveillée par la plume de l'auteur, et les sublimes citations du récit, et je ne peux que conseiller cette histoire au monde entier, ce livre est un réel coup de cœur, il est même bien plus encore, il transporte un si beau message d'espoir, d'amour, de tolérance. Un si beau message de vie.

Un énorme coup de cœur.

mardi 4 août 2015

Oh, boy ! - Marie-Aude Murail.

« Cet aujourd'hui fragile où l'on est presque bien. »

Auteur : Marie-Aude Murail.
Éditions : L’École des Loisirs (Médium).
Genre : Jeunesse.
Année de sortie : 1997.
Nombre de pages : 201.

Synopsis :
« Ils sont frère et sœurs. Depuis quelques heures, ils sont orphelins. Ils ont juré qu'on ne les séparerait pas. Il y a Siméon Morlevent, 14 ans. Maigrichon. Yeux marron. Signe particulier: surdoué, prépare actuellement son bac. Morgane Morlevent, 8 ans. Yeux marron. Oreilles très décollées. Première de sa classe, très proche de son frère. Signe particulier: les adultes oublient tout le temps qu'elle existe. Venise Morlevent, 5 ans. Yeux bleus, cheveux blonds, ravissante. La petite fille que tout le monde rêve d'avoir. Signe particulier: fait vivre des histoires d'amour torrides à ses Barbie. Ils n'ont aucune envie de confier leur sort à la première assistante sociale venue. Leur objectif est de quitter le foyer où on les a placés et de se trouver une famille. À cette heure, deux personnes pourraient vouloir les adopter. Pour de bonnes raisons. Mais aussi pour de mauvaises. L'une n'est pas très sympathique, l'autre est irresponsable, et... Ah, oui! ces deux personnes se détestent. »


Mon avis :
Oh boy ! est un roman qui m'intrigue depuis la première fois où je l'ai vu : sa couverture mystérieuse me donnait envie d'en savoir plus. Le titre énigmatique, les ''Barbie'' sur le rebord d'une baignoire... quelle joie lorsque que l'ai vu dans le catalogue de L’École des Loisirs, que je remercie pour ce premier roman en partenariat, qui ne sera certainement pas le dernier ! Un roman qui renferme une histoire touchante, bouleversante.

L'histoire est simple est compliquée à la fois. Simple parce que nous avons seulement trois enfants qui, seuls depuis que leur mère est décédée, cherchent un endroit où vivre tranquillement, ensemble. Compliquée car ils n'ont aucune famille, et quand on finit par leur en trouver une chacun se bat pour obtenir la garde des trois frères et sœurs. Josiane, la sœur d'adoption, et Bart, le demi-frère. Au début l'idée de garder trois mômes chez eux ne les enchantait guère, mais voilà qu'à présent ils veulent à tout prix avoir Siméon, Morgane et Venise pour eux tout seul. Cela complique donc le fil du récit... Ce sont des personnages très touchants que nous avons là, l'auteur n'hésite pas à souligner les défauts comme les qualités de chacun et surtout elle emploie souvent un vocabulaire familier qui nous donne réellement l'impression de vivre aux côtés des frères et sœurs. On s'attache très facilement à eux, Siméon et son histoire bouleversante, Morgane et son côté renfermé, Venise et ses bisous. Bart et sa boucle d'oreille. Seule Josiane est resté pour moi quelqu'un à part, quelqu'un que je n'ai pas particulièrement apprécié.

Au delà de la recherche du foyer, un événement bouleversant va se produire, qui changera totalement l'histoire qu'aurait pu être celle des Morlevent sans cet événement. Je ne vous en parle pas, mais cela a apporté au roman une grande dose d'émotions et d'espoir. Ce livre aborde de nombreux sujets, avant tout la difficulté au niveau juridique d'accorder la garde d'enfants à quelqu'un (et surtout ce que cela peut entraîner par la suite), mais aussi la vie dans un foyer. Mais s'il y a un thème qui domine ici, c'est tout simplement la différence. Et j'ai trouvé ça merveilleusement bien exploité, ça a réussit à m'émouvoir, me faire sourire et même parfois rire, parce que ces personnages sont amusants en plus d'être touchants.

La plume de l'auteur est sublime, elle sait nous faire passer d'une émotion à une autre avec facilité, et on y retrouve une certaine poésie que j'ai vraiment adorée : c'était beau, mélodieux, et ça donnait toujours envie de continuer. S'il y a bien une chose dont je suis sûre c'est que je lirai d'autres romans de cette auteur car elle a réussit à me toucher et surtout à amener en moi une grande admiration pour sa grande maîtrise des mots et des émotions. Rires et larmes se sont plus d'une fois mélangés.

Je suis donc très heureuse de cette découverte, découverte d'un nouveau livre mais aussi d'une nouvelle auteur que je n'hésiterai pas à lire de nouveau car elle a su m'émerveiller avec son talent et son style très poétique. J'ai été touchée par ce petit roman que je vous recommande vraiment : il est plein d'amour, et souvent aussi plein d'humour. On peut pleurer de rire mais aussi de tristesse, mais on le referme avec un sourire sur les lèvres.

Une merveilleuse lecture.

dimanche 2 août 2015

La face cachée de Margo - John Green.

« Il arrive un moment où il faut arrêter de scruter le ciel ou bien, un de ces jours, en baissant les yeux, tu t'apercevras que toi aussi tu flottes en l'air. »

Auteur : John Green.
Éditions : Gallimard (Scripto).
Genre : Jeunesse, Contemporain.
Année de sortie : 2009.
Nombre de pages : 390.

Synopsis : « Quentin Jacobsen a passé toute sa vie à aimer la magnifique et aventureuse Margo Roth Spiegelman à distance. Le jour où elle ouvre sa fenêtre et grimpe dans sa vie, habillée comme un ninja et l'invitant dans une ingénieuse quête de revanche, il suit. Après cette nuit blanche, un nouveau jour commence et Quentin découvre en arrivant à l'école que Margo qui avait toujours été une énigme est maintenant devenu un mystère. Mais il apprend bientôt qu'elle a laissé des indices, et qu'ils sont pour lui. Le chemin pour la retrouver est loin d'être tout tracé, et plus il avance, moins il reconnaît la fille qu'il croyait connaître. »
Mon avis :
John Green, l'auteur d'un incroyable coup de cœur qu'a été Qui es-tu Alaska ? pour moi. J'avais cette envie de retrouver sa plume, et par la même occasion de découvrir un nouveau roman de lui, alors j'ai choisis La face cachée de Margo étant donné que l'adaptation cinématographique sort très prochainement (12 août). Je me suis donc plongé dans le mystère des villes de papier, et ce fut un voyage agréable. Voyage que j'ai effectué avec Mathilde de Mille et deux livres, je vous laisse découvrir sa chronique > ici <

J'ai découvert Quentin, l'adorable Quentin, puis Margo, mais je ne sais pas si on peut appeler ça découvrir, car on ne connaît jamais vraiment Margo Roth Spiegelman. L'histoire commence quand, après des années sans lui parler, Margo arrive chez Quentin afin qu'ils aillent passer une nuit folle pour que la jeune fille se venge de certaines personnes. Quentin la suit, et le lendemain, elle disparaît. Mais des indices sont cachés et Quentin sait qu'en cherchant il finira par la retrouver. On passe donc beaucoup de temps avec le jeune garçon dans ce roman car il en est le narrateur, mais si je souligne ce fait c'est surtout pour contraster avec Margo qui, elle, n'est pas si présente dans l'histoire. Elle est là parce que Quentin pense tout le temps à elle, mais ça s'arrête là. Pourtant il ne m'en a pas fallu plus pour la détester, je l'avoue. J'ai trouvé ce personnage égoïste, et ça m'a empêchée de l'apprécier. Les autres personnages, eux, m'ont tous touchée, que ce soit Quentin, Radar, Ben ou Lacey, ils m'ont tous beaucoup fait rire et je n'ai eu aucun mal à m'attacher à eux. Leurs réflexions étaient intéressantes, leurs différentes façons de penser aussi et j'ai aimé cette diversité d'humanité.

L'histoire était agréable à lire, mais j'avoue qu'il y avait parfois la présence de l'ennui pendant ma lecture car le roman était peut-être trop long pour ce qu'il y avait à y raconter. J'avais l'impression de tourner en rond avec Quentin au point que ça en devienne lassant. Mais ça, je trouve que ça va encore car l'ennui m'arrive parfois même dans un roman merveilleux, il suffit que je sois un peu fatiguée et que mon esprit vagabonde ailleurs. Mais la fin, par contre, je ne l'ai vraiment pas appréciée. Trop simple, trop étrange, et trop... décevant ? Je m'attendais à quelque chose de beaucoup plus surprenant, pour tout vous avouer. Certes j'ai été surprise du fait que cette fin soit facile, mais seulement pour cette raison. Heureusement que l'histoire en elle-même est pleine d'humour et de vie, de leçons et de joie, parce que c'est ce qui rend ce roman vraiment passionnant. Alors si on oublie la fin je vous conseille cette histoire tendre, touchante, et mystérieuse. Elle nous montre qu'au fond, on ne connaît jamais vraiment les autres.

Venons-en au style de l'auteur : c'est là que j'ai trouvé le plus de plaisir dans ma lecture. John Green. J'étais heureuse de retrouver sa plume, sa manière de mettre des mots sur certaines émotions, son talent de nous toucher jusqu'au cœur mais surtout son habitude de glisser dans ses romans des références à d'autres livres qui, du coup, nous font très envie et qui, en plus, donne au roman un côté encore plus passionnant. C'est une habitude que j'apprécie particulièrement. Et ce que je préfère ce sont les réflexions des personnages sur tout un tas de choses, des petites remarques très philosophiques qui nous font songer à nous-même, aux autres. L'auteur sait nous faire prendre part au récit sans que nous y soyons vraiment, et c'est formidable. J'avoue qu'après avoir lu le livre je me demande ce que cela va rendre au cinéma, j'appréhende légèrement mais ça sera tout de même un plaisir de découvrir cette histoire sur un écran.

Je ressors donc de ce roman satisfaite et déçue à la fois. Ma lecture fut agréable, même très agréable dans l'ensemble, mais certains éléments de l'histoire (surtout la fin) font que ce livre est pour moi une bonne lecture, que je recommande, mais sans plus, car je ne l'ai pas trouvé extraordinaire. Évidemment, le style de l'auteur fait remonter les petits défauts, mais je m'attendais tout de même à mieux, alors ce n'est pas le John Green que je vous conseille le plus ! Mais si vous aimez l'auteur vous prendrez tout de même du plaisir à lire son style.

Une bonne lecture.

mardi 28 juillet 2015

Red Rising - Pierce Brown.

« Dans ses yeux, je vois mon cœur. Dans son souffle, j'entends mon âme. »

Auteur : Pierce Brown.
Éditions : Hachette.
Genre : Dystopie, Science-Fiction.
Année de sortie : 2015.
Nombre de pages : 476.

Synopsis : « Darrow n’est pas un héros. Tout ce qu’il souhaite, c’est vivre heureux avec l’amour de sa vie. Mais les Ors, les dirigeants de la Société, en ont décidé autrement. Ils lui ont tout enlevé : sa raison de vivre, ses certitudes, jusqu’à son reflet dans le miroir. Darrow n’a plus d’autre choix que de devenir comme ceux qui l’écrasent. Pour mieux les détruire. Il va être accepté au légendaire Institut, y être formé avec l’élite des Ors, dans un terrain d’entraînement grandeur nature. Sauf que même ce paradis est un champ de bataille. Un champ de bataille où règnent deux règles : tuer ou être tué, dominer ou être dominé. »

Mon avis :
Red Rising me promettait d'être une dystopie extraordinaire, nouvelle, un roman sombre et révolutionnaire qui dénoncerait implicitement notre société actuelle. Dès que mes yeux ont découvert le résumé, dès que j'ai vu que les critiques étaient très positives, surtout que le roman était « comparé » à Hunger Games, mais dans un genre nouveau, je n'ai pas pu résister. Je remercie donc les éditions Hachette pour cette découverte.

Darrow est un personnage qui nous fait penser à un héros mais qui ne se considère pas comme tel. Après avoir perdu toutes ses raisons de vivre, il décide de risquer sa vie car il ne craint plus de la perdre. Le voilà donc, lui, un Rouge – les plus faibles de la société – déguisé en Or – les plus forts. Le roman se déroule en grande partie dans le terrain de « jeu » où Darrow va devoir mener son équipe afin de remporter l'épreuve et de pouvoir obtenir un poste haut placé pour ensuite pouvoir anéantir cette société injuste. Ce personnage est extraordinaire. C'est un héros, un homme que même nous, les lecteurs, nous admirons, car il est tellement humain. Il est si fort et faible à la fois, il a de nombreux défauts mais ses qualités les effacent, il a des faiblesses que sa force cache. C'est un personnage intelligent, et attachant. On a parfois du mal à le penser, mais il a un immense cœur. J'ai adoré suivre ses stratégies, ses idées, et découvrir à quel point il était perspicace. Les autres personnages que nous rencontrons sont parfois plus ou moins attirants, mais j'avoue m'être attachée à de nombreux d'entre eux – quelle erreur, dans un roman où nombreux sont les morts.

Ce livre est juste excellent. Si vous aimez la dystopie, vous ne pourrez que l'aimer, parce qu'il a tout d'un excellent monde révolutionnaire, apocalyptique. Pourtant je dois tout de même souligner que parfois, j'avais du mal à entrer dans l'histoire, mais surtout à la comprendre : c'est un roman complexe qu'il ne faut surtout pas lire à la légère, car les éléments sont nombreux. Ce petit pavé est donc un livre que je n'ai pas lu à la bonne période car l'été est plutôt un mois léger et frais. Nous avons ici un roman sombre, dur, effrayant, sanglant. Cela ne m'a évidemment pas empêchée de l'aimer, bien au contraire, mais je pense que je l'aurais encore plus apprécié si je l'avais lu en automne/hiver. Tout y est : l'action, le suspens, les événements surprenants, l'amitié et l'amour, la haine, la trahison. Un roman qui fait marcher nos neurones à une vitesse grandissante, et qui fait battre notre cœur de plus en plus rapidement. Un roman exceptionnel.

L'auteur a une plume passionnante, et ses idées sont très très bien trouvées. Elles sont aussi bien mises en œuvre même si le fait que tout soit parfois complexe m'a un peu perturbée, perdue. Pourtant l'auteur explique bien, et surtout il donne à l'histoire un fil intéressant à suivre. Les stratégies sont surprenantes, les personnages ont des personnalités changeantes et l’atmosphère du roman est sombre, noire. L'auteur n'y va pas en douceur : les scènes sont sanglantes et décrites dans le détail pour ne jamais cacher l'horreur de la situation, l'horreur de la dictature. Un auteur talentueux, donc, qui nous offre ici un roman extraordinaire qui ne peut que nous donner envie de lire la suite.

Mon avis sur ce roman est donc très positif, mais je vous conseille de lire ce livre quand l'envie vous prend de vouloir découvrir une dystopie très bien pensée mais complexe, car ce livre n'est pas de tout repos et il faut être attentif à chaque événement. Tout est très bien pensé et l'auteur est talentueux, je n'ai qu'une hâte : lire le second tome au plus vite pour replonger dans ce monde apocalyptique, sombre et désolant.

Une dystopie exceptionnelle.