Mes dernières chroniques :

Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image

mardi 4 août 2015

Oh, boy ! - Marie-Aude Murail.

« Cet aujourd'hui fragile où l'on est presque bien. »

Auteur : Marie-Aude Murail.
Éditions : L’École des Loisirs (Médium).
Genre : Jeunesse.
Année de sortie : 1997.
Nombre de pages : 201.

Synopsis :
« Ils sont frère et sœurs. Depuis quelques heures, ils sont orphelins. Ils ont juré qu'on ne les séparerait pas. Il y a Siméon Morlevent, 14 ans. Maigrichon. Yeux marron. Signe particulier: surdoué, prépare actuellement son bac. Morgane Morlevent, 8 ans. Yeux marron. Oreilles très décollées. Première de sa classe, très proche de son frère. Signe particulier: les adultes oublient tout le temps qu'elle existe. Venise Morlevent, 5 ans. Yeux bleus, cheveux blonds, ravissante. La petite fille que tout le monde rêve d'avoir. Signe particulier: fait vivre des histoires d'amour torrides à ses Barbie. Ils n'ont aucune envie de confier leur sort à la première assistante sociale venue. Leur objectif est de quitter le foyer où on les a placés et de se trouver une famille. À cette heure, deux personnes pourraient vouloir les adopter. Pour de bonnes raisons. Mais aussi pour de mauvaises. L'une n'est pas très sympathique, l'autre est irresponsable, et... Ah, oui! ces deux personnes se détestent. »


Mon avis :
Oh boy ! est un roman qui m'intrigue depuis la première fois où je l'ai vu : sa couverture mystérieuse me donnait envie d'en savoir plus. Le titre énigmatique, les ''Barbie'' sur le rebord d'une baignoire... quelle joie lorsque que l'ai vu dans le catalogue de L’École des Loisirs, que je remercie pour ce premier roman en partenariat, qui ne sera certainement pas le dernier ! Un roman qui renferme une histoire touchante, bouleversante.

L'histoire est simple est compliquée à la fois. Simple parce que nous avons seulement trois enfants qui, seuls depuis que leur mère est décédée, cherchent un endroit où vivre tranquillement, ensemble. Compliquée car ils n'ont aucune famille, et quand on finit par leur en trouver une chacun se bat pour obtenir la garde des trois frères et sœurs. Josiane, la sœur d'adoption, et Bart, le demi-frère. Au début l'idée de garder trois mômes chez eux ne les enchantait guère, mais voilà qu'à présent ils veulent à tout prix avoir Siméon, Morgane et Venise pour eux tout seul. Cela complique donc le fil du récit... Ce sont des personnages très touchants que nous avons là, l'auteur n'hésite pas à souligner les défauts comme les qualités de chacun et surtout elle emploie souvent un vocabulaire familier qui nous donne réellement l'impression de vivre aux côtés des frères et sœurs. On s'attache très facilement à eux, Siméon et son histoire bouleversante, Morgane et son côté renfermé, Venise et ses bisous. Bart et sa boucle d'oreille. Seule Josiane est resté pour moi quelqu'un à part, quelqu'un que je n'ai pas particulièrement apprécié.

Au delà de la recherche du foyer, un événement bouleversant va se produire, qui changera totalement l'histoire qu'aurait pu être celle des Morlevent sans cet événement. Je ne vous en parle pas, mais cela a apporté au roman une grande dose d'émotions et d'espoir. Ce livre aborde de nombreux sujets, avant tout la difficulté au niveau juridique d'accorder la garde d'enfants à quelqu'un (et surtout ce que cela peut entraîner par la suite), mais aussi la vie dans un foyer. Mais s'il y a un thème qui domine ici, c'est tout simplement la différence. Et j'ai trouvé ça merveilleusement bien exploité, ça a réussit à m'émouvoir, me faire sourire et même parfois rire, parce que ces personnages sont amusants en plus d'être touchants.

La plume de l'auteur est sublime, elle sait nous faire passer d'une émotion à une autre avec facilité, et on y retrouve une certaine poésie que j'ai vraiment adorée : c'était beau, mélodieux, et ça donnait toujours envie de continuer. S'il y a bien une chose dont je suis sûre c'est que je lirai d'autres romans de cette auteur car elle a réussit à me toucher et surtout à amener en moi une grande admiration pour sa grande maîtrise des mots et des émotions. Rires et larmes se sont plus d'une fois mélangés.

Je suis donc très heureuse de cette découverte, découverte d'un nouveau livre mais aussi d'une nouvelle auteur que je n'hésiterai pas à lire de nouveau car elle a su m'émerveiller avec son talent et son style très poétique. J'ai été touchée par ce petit roman que je vous recommande vraiment : il est plein d'amour, et souvent aussi plein d'humour. On peut pleurer de rire mais aussi de tristesse, mais on le referme avec un sourire sur les lèvres.

Une merveilleuse lecture.

dimanche 2 août 2015

La face cachée de Margo - John Green.

« Il arrive un moment où il faut arrêter de scruter le ciel ou bien, un de ces jours, en baissant les yeux, tu t'apercevras que toi aussi tu flottes en l'air. »

Auteur : John Green.
Éditions : Gallimard (Scripto).
Genre : Jeunesse, Contemporain.
Année de sortie : 2009.
Nombre de pages : 390.

Synopsis : « Quentin Jacobsen a passé toute sa vie à aimer la magnifique et aventureuse Margo Roth Spiegelman à distance. Le jour où elle ouvre sa fenêtre et grimpe dans sa vie, habillée comme un ninja et l'invitant dans une ingénieuse quête de revanche, il suit. Après cette nuit blanche, un nouveau jour commence et Quentin découvre en arrivant à l'école que Margo qui avait toujours été une énigme est maintenant devenu un mystère. Mais il apprend bientôt qu'elle a laissé des indices, et qu'ils sont pour lui. Le chemin pour la retrouver est loin d'être tout tracé, et plus il avance, moins il reconnaît la fille qu'il croyait connaître. »
Mon avis :
John Green, l'auteur d'un incroyable coup de cœur qu'a été Qui es-tu Alaska ? pour moi. J'avais cette envie de retrouver sa plume, et par la même occasion de découvrir un nouveau roman de lui, alors j'ai choisis La face cachée de Margo étant donné que l'adaptation cinématographique sort très prochainement (12 août). Je me suis donc plongé dans le mystère des villes de papier, et ce fut un voyage agréable. Voyage que j'ai effectué avec Mathilde de Mille et deux livres, je vous laisse découvrir sa chronique > ici <

J'ai découvert Quentin, l'adorable Quentin, puis Margo, mais je ne sais pas si on peut appeler ça découvrir, car on ne connaît jamais vraiment Margo Roth Spiegelman. L'histoire commence quand, après des années sans lui parler, Margo arrive chez Quentin afin qu'ils aillent passer une nuit folle pour que la jeune fille se venge de certaines personnes. Quentin la suit, et le lendemain, elle disparaît. Mais des indices sont cachés et Quentin sait qu'en cherchant il finira par la retrouver. On passe donc beaucoup de temps avec le jeune garçon dans ce roman car il en est le narrateur, mais si je souligne ce fait c'est surtout pour contraster avec Margo qui, elle, n'est pas si présente dans l'histoire. Elle est là parce que Quentin pense tout le temps à elle, mais ça s'arrête là. Pourtant il ne m'en a pas fallu plus pour la détester, je l'avoue. J'ai trouvé ce personnage égoïste, et ça m'a empêchée de l'apprécier. Les autres personnages, eux, m'ont tous touchée, que ce soit Quentin, Radar, Ben ou Lacey, ils m'ont tous beaucoup fait rire et je n'ai eu aucun mal à m'attacher à eux. Leurs réflexions étaient intéressantes, leurs différentes façons de penser aussi et j'ai aimé cette diversité d'humanité.

L'histoire était agréable à lire, mais j'avoue qu'il y avait parfois la présence de l'ennui pendant ma lecture car le roman était peut-être trop long pour ce qu'il y avait à y raconter. J'avais l'impression de tourner en rond avec Quentin au point que ça en devienne lassant. Mais ça, je trouve que ça va encore car l'ennui m'arrive parfois même dans un roman merveilleux, il suffit que je sois un peu fatiguée et que mon esprit vagabonde ailleurs. Mais la fin, par contre, je ne l'ai vraiment pas appréciée. Trop simple, trop étrange, et trop... décevant ? Je m'attendais à quelque chose de beaucoup plus surprenant, pour tout vous avouer. Certes j'ai été surprise du fait que cette fin soit facile, mais seulement pour cette raison. Heureusement que l'histoire en elle-même est pleine d'humour et de vie, de leçons et de joie, parce que c'est ce qui rend ce roman vraiment passionnant. Alors si on oublie la fin je vous conseille cette histoire tendre, touchante, et mystérieuse. Elle nous montre qu'au fond, on ne connaît jamais vraiment les autres.

Venons-en au style de l'auteur : c'est là que j'ai trouvé le plus de plaisir dans ma lecture. John Green. J'étais heureuse de retrouver sa plume, sa manière de mettre des mots sur certaines émotions, son talent de nous toucher jusqu'au cœur mais surtout son habitude de glisser dans ses romans des références à d'autres livres qui, du coup, nous font très envie et qui, en plus, donne au roman un côté encore plus passionnant. C'est une habitude que j'apprécie particulièrement. Et ce que je préfère ce sont les réflexions des personnages sur tout un tas de choses, des petites remarques très philosophiques qui nous font songer à nous-même, aux autres. L'auteur sait nous faire prendre part au récit sans que nous y soyons vraiment, et c'est formidable. J'avoue qu'après avoir lu le livre je me demande ce que cela va rendre au cinéma, j'appréhende légèrement mais ça sera tout de même un plaisir de découvrir cette histoire sur un écran.

Je ressors donc de ce roman satisfaite et déçue à la fois. Ma lecture fut agréable, même très agréable dans l'ensemble, mais certains éléments de l'histoire (surtout la fin) font que ce livre est pour moi une bonne lecture, que je recommande, mais sans plus, car je ne l'ai pas trouvé extraordinaire. Évidemment, le style de l'auteur fait remonter les petits défauts, mais je m'attendais tout de même à mieux, alors ce n'est pas le John Green que je vous conseille le plus ! Mais si vous aimez l'auteur vous prendrez tout de même du plaisir à lire son style.

Une bonne lecture.

mardi 28 juillet 2015

Red Rising - Pierce Brown.

« Dans ses yeux, je vois mon cœur. Dans son souffle, j'entends mon âme. »

Auteur : Pierce Brown.
Éditions : Hachette.
Genre : Dystopie, Science-Fiction.
Année de sortie : 2015.
Nombre de pages : 476.

Synopsis : « Darrow n’est pas un héros. Tout ce qu’il souhaite, c’est vivre heureux avec l’amour de sa vie. Mais les Ors, les dirigeants de la Société, en ont décidé autrement. Ils lui ont tout enlevé : sa raison de vivre, ses certitudes, jusqu’à son reflet dans le miroir. Darrow n’a plus d’autre choix que de devenir comme ceux qui l’écrasent. Pour mieux les détruire. Il va être accepté au légendaire Institut, y être formé avec l’élite des Ors, dans un terrain d’entraînement grandeur nature. Sauf que même ce paradis est un champ de bataille. Un champ de bataille où règnent deux règles : tuer ou être tué, dominer ou être dominé. »

Mon avis :
Red Rising me promettait d'être une dystopie extraordinaire, nouvelle, un roman sombre et révolutionnaire qui dénoncerait implicitement notre société actuelle. Dès que mes yeux ont découvert le résumé, dès que j'ai vu que les critiques étaient très positives, surtout que le roman était « comparé » à Hunger Games, mais dans un genre nouveau, je n'ai pas pu résister. Je remercie donc les éditions Hachette pour cette découverte.

Darrow est un personnage qui nous fait penser à un héros mais qui ne se considère pas comme tel. Après avoir perdu toutes ses raisons de vivre, il décide de risquer sa vie car il ne craint plus de la perdre. Le voilà donc, lui, un Rouge – les plus faibles de la société – déguisé en Or – les plus forts. Le roman se déroule en grande partie dans le terrain de « jeu » où Darrow va devoir mener son équipe afin de remporter l'épreuve et de pouvoir obtenir un poste haut placé pour ensuite pouvoir anéantir cette société injuste. Ce personnage est extraordinaire. C'est un héros, un homme que même nous, les lecteurs, nous admirons, car il est tellement humain. Il est si fort et faible à la fois, il a de nombreux défauts mais ses qualités les effacent, il a des faiblesses que sa force cache. C'est un personnage intelligent, et attachant. On a parfois du mal à le penser, mais il a un immense cœur. J'ai adoré suivre ses stratégies, ses idées, et découvrir à quel point il était perspicace. Les autres personnages que nous rencontrons sont parfois plus ou moins attirants, mais j'avoue m'être attachée à de nombreux d'entre eux – quelle erreur, dans un roman où nombreux sont les morts.

Ce livre est juste excellent. Si vous aimez la dystopie, vous ne pourrez que l'aimer, parce qu'il a tout d'un excellent monde révolutionnaire, apocalyptique. Pourtant je dois tout de même souligner que parfois, j'avais du mal à entrer dans l'histoire, mais surtout à la comprendre : c'est un roman complexe qu'il ne faut surtout pas lire à la légère, car les éléments sont nombreux. Ce petit pavé est donc un livre que je n'ai pas lu à la bonne période car l'été est plutôt un mois léger et frais. Nous avons ici un roman sombre, dur, effrayant, sanglant. Cela ne m'a évidemment pas empêchée de l'aimer, bien au contraire, mais je pense que je l'aurais encore plus apprécié si je l'avais lu en automne/hiver. Tout y est : l'action, le suspens, les événements surprenants, l'amitié et l'amour, la haine, la trahison. Un roman qui fait marcher nos neurones à une vitesse grandissante, et qui fait battre notre cœur de plus en plus rapidement. Un roman exceptionnel.

L'auteur a une plume passionnante, et ses idées sont très très bien trouvées. Elles sont aussi bien mises en œuvre même si le fait que tout soit parfois complexe m'a un peu perturbée, perdue. Pourtant l'auteur explique bien, et surtout il donne à l'histoire un fil intéressant à suivre. Les stratégies sont surprenantes, les personnages ont des personnalités changeantes et l’atmosphère du roman est sombre, noire. L'auteur n'y va pas en douceur : les scènes sont sanglantes et décrites dans le détail pour ne jamais cacher l'horreur de la situation, l'horreur de la dictature. Un auteur talentueux, donc, qui nous offre ici un roman extraordinaire qui ne peut que nous donner envie de lire la suite.

Mon avis sur ce roman est donc très positif, mais je vous conseille de lire ce livre quand l'envie vous prend de vouloir découvrir une dystopie très bien pensée mais complexe, car ce livre n'est pas de tout repos et il faut être attentif à chaque événement. Tout est très bien pensé et l'auteur est talentueux, je n'ai qu'une hâte : lire le second tome au plus vite pour replonger dans ce monde apocalyptique, sombre et désolant.

Une dystopie exceptionnelle.

dimanche 19 juillet 2015

Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers - Benjamin Alire Saenz.

« Trop de pollution lumineuse. »


Auteur : Benjamin Alire Saenz.
Éditions : Pocket Jeunesse.
Genre : Jeunesse, Contemporain.
Année de sortie : 2015.
Nombre de pages : 359.


Synopsis :
« Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n'ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais... C'est donc l'un avec l'autre, et l'un pour l'autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l'univers. »


Mon avis :
Je pense que ce roman n'est inconnu pour personne, et que mon immense envie de le lire à sa sortie ne doit pas vous étonner. Les avis étaient si positifs que je voulais me l'acheter (une amie avait d'ailleurs envie de me l'offrir). Puis j'ai reçu un mail des éditions Pocket Jeunesse pour me proposer un envoi, et là j'ai sauté de joie : j'allais recevoir la petite merveille, j'allais pouvoir la découvrir, l'apprécier, la savourer. Merci aux éditions PKJ pour cet envoi, j'ai plus que savouré ce roman.

Ari et Dante sont deux jeunes garçons pour qui la vie est toujours un grand mystère. Mais ils sont bien impatients de découvrir tous les secrets de l'univers, et ils aimeraient faire ce chemin ensemble. Un chemin qui les mènera à un trésor auquel ils n'avaient certainement pas immédiatement pensé. Ari est calme, solitaire, tout le contraire de Dante qui est enjoué et amusant. Une relation qui peut nous paraître étrange, pourtant elle fonctionne à merveille car les deux garçons nouent un lien profond, solide. Ce sont deux personnages énigmatiques car ils sont – et ils ne cessent de le clamer – différents. Le terme de la différence s'applique parfaitement à leurs deux portraits ; c'est cette anormalité qui fait d'eux leur unicité. Et on ne peut que les apprécier comme ils sont. Ari est le narrateur, et c'est amusant car c'est Dante que j'ai préféré. Même si l'on connaît moins ses sentiments, son caractère m'a charmée, mais Ari est lui aussi un personnage que j'ai grandement apprécié, pour toutes les questions qu'il se pose sur la vie, ce personnage en plus d'être attachant était intéressant.

Ce roman n'est pas comme les autres. Si bien que je n'arrive pas à définir la nature de l'histoire. On est avec Ari, et on cherche, on observe ce qui pourrait nous éclairer sur les secrets de l'univers. Comme ce personnage n'a rien d'ordinaire, sa vie nous passionne réellement. Chaque événement qui survient perturbe nos émotions jusqu'à ce que ces dernières nous submergent. Ari se pose les mêmes questions que nous, cela nous rend si proche de lui qu'on a envie de se trouver près de lui, pour l'aider quand ça ne va pas, le serrer dans nos bras quand il est trop seul. J'ai trouvé ça merveilleux de partir à la recherche des secrets de l'univers avec nos deux personnages, car dans ce roman se mélangent l'amour et l'amitié lors de cette étrange période qu'est l'adolescence. Tout ce livre n'est que beauté et amour, et je l'ai refermé avec un immense sourire aux lèvres.

La plume de l'auteur... que dire, si ce n'est que dès les premières phrases j'ai su que celle-ci serait sublime et saurait me transporter avec facilité dans le récit. Le style est poétique, avec une pointe de naïveté qui veut souligner l'enfance encore présente, mais on perçoit tout de même l'âge adulte qui approche. Une plume de talent, donc, qui sait nous communiquer de nombreuses émotions avec de simples mots. Les chapitres sont parfois très courts (cela veut parfois signifier le vide d'une journée) , ce qui fait que notre lecture avance vite, et je dois avouer que j'aurais préféré que ce roman ait davantage de pages, pour rester en compagnie d'Ari et Dante un peu plus longtemps.

Ce roman ne possède que des qualités, ils nous emmène dans un voyage merveilleux afin de découvrir le plus beau secret de l'univers. Ce livre n'est que beauté et amour, par sa plume mélodieuse et ses émotions très présentes, qui n'ont aucun mal à nous toucher en plein cœur. Je comprends pourquoi les avis sont si enthousiastes, ce roman est une perle, un bijou, un trésor. Ce roman est un des secrets de l'univers.

Un coup de cœur.

vendredi 17 juillet 2015

Ma raison de vivre - Rebecca Donovan.

« Il n'avait pas besoin de me toucher ; exister dans son regard suffisait à réveiller chaque cellule de mon corps. »


Auteur : Rebecca Donovan.
Éditions : Pocket Jeunesse.
Genre : Jeunesse, Drame.
Année de sortie : 2015.
Nombre de pages : 534.

Synopsis : « - Et si je ne veux pas être ami avec toi ?
- Alors nous ne serons pas amis.
- Et si j'ai envie d'être plus qu'un ami ?
- Alors nous ne serons rien du tout.
 
Emma a tout fait pour empêcher Evan d'entrer dans sa vie. Non pas parce qu'il la laisse indifférente, bien au contraire, mais parce que personne ne doit savoir. Savoir qui elle est vraiment, quelle est son histoire et, surtout, ce qui l'attend tous les soirs, quand elle rentre chez elle... »

Mon avis :
Il me restait des sous au Salon du Livre de Paris, alors il fallait que je fasse un choix. Et quand je l'ai vu, quand j'ai découvert qu'il ne restait que deux exemplaires, je n'ai pas hésité et je me suis empressée de l'acheter. Il m'aura fallu quelques mois pour m'y plonger car sa taille me donnait envie de le lire quand j'en aurais le temps et l'envie. Ces dernières semaines je n'avais qu'une hâte : le découvrir. Et voilà que maintenant je ne suis que tristesse et frustration, ma seule hâte étant de lire le second tome, le plus vite possible. Merci à Andréa du blog Flying to the Words pour notre lecture commune, nos avis sont un peu différent et c'est ce qui est d'ailleurs intéressant.

Emma ne s'attache pas beaucoup aux gens. Seule sa meilleure amie Sara la connaît véritablement et sait à peu près ce qu'il se passe dans sa maison lorsqu'elle rentre chez elle le soir. Sara est un personnage merveilleux, elle est si présente pour Emma qu'on ne peut que l'apprécier. Emma, quand à elle, est très difficile à comprendre parfois, ses réactions sont à nos yeux inexpliquées, sauf que quand on sait ce qu'elle vit on comprend que, elle, elle sait ce qu'elle fait, et qu'il y a toujours une raison cachée. Puis arrive Evan, le beau, l'extraordinaire Evan. Ce garçon est terriblement attachant, charmant, magnifique, attirant... Aucune fille ne pourrait résister quand on voit sa gentillesse envers Emma, chaque jour. Des personnages profonds qui ont fait de ma lecture un moment vivant, touchant, qui me paraissait si réel. Le fait d'avoir terminé ce roman fait qu'ils me manquent, tous les trois. Ils me manquent tellement.

Je n'ai pas de mot qui puisse réellement décrire mon avis, j'ignore si ce livre est un véritable coup de cœur, ou s'il s'en rapproche seulement de très près. J'ai réussi à ne pas m'attendre à trop de peur d'être déçue. Ce qui fait que je n'ai ressenti aucune déception, mais le début était à mes yeux trop banal, trop simple. Puis l'histoire a évolué, restant tout de même assez ordinaire, elle a réussi à me transporter et à me faire ressentir de nombreuses émotions. Mon envie de continuer ce livre était si forte, j'y pensais tellement, je faisais tout pour pouvoir le lire dès que j'en avais l'occasion. C'était très intense, comme lecture, et même si les personnages se tournant autour au début m'agaçaient, ils ont finalement réussi à me plaire à tel point que je meurs d'envie de lire la suite de leurs vies. Alors oui, ce roman est certainement un coup de cœur, car pour moi il ne s'appuie pas sur le mystère de ce qu'il se passe chez Emma, mais plutôt sur un tout. L'amitié, l'amour, et ce qu'il se passe dans la maison. Une histoire avec de nombreuses intrigues, qui nous passionne et nous bouleverse. Mais surtout une fin totalement terrifiante qui a laissé des larmes couler le long de mes joues.

L'auteur a une plume saisissante, qui nous passionne avec facilité, et qui raconte les événements comme s'ils se passaient sous nos yeux, ce qui nous donnait le sentiment de vivre chaque scène comme si nous y étions. Les idées sont très bien construites, le fil de l'histoire se suit et tout est bien organisé afin que nous soyons en mesure de comprendre chaque événement, mais aussi d'anticiper ce qu'il pourrait se passer par la suite. Une fin qui nous laisse totalement anéanti, qui nous choque, qui nous terrifie et qui, pour ma part, m'a faite pleurer. J'ai eu peur au début du roman d'être déçue à côté de tous les avis très positifs, mais finalement je me joins à eux pour vous dire : lisez-le.

Vous avez très certainement déjà entendu parler de ce livre, plutôt en bien normalement. Sachez que je joins mon avis à tous les avis positifs que vous avez pu voir, ce roman est une merveille. Il n'est pas « extraordinaire » car à mes yeux il lui manque un petit quelque chose pour sortir des romans ordinaires, mais il est tout de même incroyable, il m'a fait vivre un moment de lecture très émouvant, éprouvant, et j'espère que la lecture de ce livre vous plaira autant que pour moi.

Un coup de cœur.

jeudi 16 juillet 2015

Tous les héros s'appellent Phénix - Nastasia Rugani.

« Les marins qui aiment les fleurs ne restent pas longtemps loin des leurs. »

Auteur : Nastasia Rugani.
Éditions : L'école des loisirs.
Genre : Jeunesse, Drame.
Année de sortie : 2014.
Nombre de pages : 205.

Synopsis : « Lorsque Phénix et sa petite sœur Sacha se font raccompagner par le professeur d'anglais, elles n'imaginent pas que celui-ci va également séduire leur mère. Bien vite, elles se rendent compte que l'homme est un peu trop strict et autoritaire, parfois dur et cassant sans raison... »
Mon avis :
La Comédie du Livre de Montpellier m'a permis de rencontrer Nastasia Rugani et d'être immédiatement très attirée par son roman. Intriguée par l'histoire, curieuse de savoir pourquoi ce roman était le prix littéraire des collégiens de mon département et désireuse de me plonger dans un livre totalement inconnu dont l'auteur l'est aussi pour moi, j'ai acheté ce bouquin. Puis je l'ai lu. Et j'ai vraiment fait le bon choix en me laissant acheter ce roman.

Phénix et Sacha sont deux adorables enfants qui vivent loin de leur père, parti il y a longtemps pour une raison inconnue, et qui sont donc en permanence dans la maison de leur mère, qui, elle, fait tout pour voir ses filles le moins possible. L'espoir est arrivé un beau jour, quand le prof d'anglais de Phénix est tombé sous le charme de sa mère. L'envie d'avoir un père, l'excitation de savoir que le prof le plus charmant du lycée va vivre avec elles ; les deux filles sont si heureuses qu'il s'occupe d'elles. Jusqu'à ce que ce dernier commence à commettre des erreurs qui pourraient anéantir tout l'espoir qui existait dans la maison de la petite famille. Phénix est un personnage courageux, une fille très attachée à sa sœur, Sacha, qui elle est juste tout simplement adorable, le personnage que j'ai préféré dans cette histoire car Sacha est la plus jeune, mais elle est si intelligente, touchante, qu'on ne peut que craquer pour tout le charme qu'elle dégage. Les personnages sont tous bien approfondis, on comprend leurs émotions – presque pour tous – et on se sent proche d'eux, on vit cette histoire avec eux.

Ce roman est tout de même bouleversant. À certains moments il nous fait sourire et peut paraître joyeux mais derrière se cache une histoire terrible qui me faisait ressentir de nombreux frissons d'horreur. Monsieur Smith, le professeur, est un homme qui m'a répugnée, qui m'a terrifiée et l'histoire reflète malheureusement le récit des vies de certaines personnes, qui subissent elles aussi la présence d'un monsieur Smith chez elles. C'est ce qui nous touche le plus quand on lit ce livre : savoir que ce n'est pas que de la fiction, savoir que cela se produit vraiment chez les gens, et savoir qu'il est difficile de mettre fin à ce genre de situations. Et nous, lecteurs, nous sommes là à avoir envie de hurler pour que tout s'arrête, parce qu'à nos yeux c'est si simple de mettre fin à tout ça. Ces romans nous prennent vraiment aux tripes, c'est douloureusement agréable de lire ce genre d'histoires.

Le style de l'auteur était vraiment plaisant à lire, j'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire au début mais j'ai ensuite été prise par la tournure des événements et je ne pouvais plus lâcher ce roman, j'avais tellement envie d'aider les personnages, d'entrer dans le livre et de tout régler, comme si la vie pouvait être aussi simple. Mais non, ce livre résumait certaines réalités de la vie, et tout n'est pas si facile, ce que l'auteur a très bien montré, avec une plume simple à lire et surtout très agréable. J'ai donc pris du plaisir à découvrir cette histoire qui a su me faire passer par de nombreuses émotions et dont la fin a réussi à beaucoup me plaire.

C'est un roman qui peut paraître léger quand on le commence, puis qui devient très difficile à lire par la suite, car les émotions nous submergent et engloutissent tout l'espoir présent pour les personnages, et pour nous. L'auteur a une belle plume, ses idées sont bien organisées pour nous offrir un roman qui nous fait couler sous les sentiments et qui nous fait sourire ou pleurer avec facilité. Je recommande donc beaucoup ce livre, une très belle découverte à mes yeux, merci à Nastasia Rugani pour ce moment.

Une très belle lecture.

jeudi 9 juillet 2015

Promise me this - Christina Lee.

« C'était un rayon de soleil qui m'apportait de l'espoir. »

Auteur : Christina Lee.
Éditions : Hachette, collection Black Moon Romance.
Genre : Romance, New Adult.
Année de sortie : 2015.
Nombre de pages : 297.

Synopsis : « ELLE : Dotée d’une forte personnalité, indépendante et impertinente, Jessie a les cheveux teints en bleu et arbore des tatouages audacieux. Passionnée de photographie, elle est plutôt attirée par les bad boys. LUI : Nate a tous les attributs du jeune homme parfait, qui a peu à donner mais beaucoup à cacher. Jessie le surnomme Monsieur Propre. EUX : Jessie et Nate sont amis bien que tout les oppose. Quand leur relation se transforme en attraction, Nate craint de céder à ses pulsions violentes. Jessie, elle, veut tout connaître de lui, jusqu’à cette part d’ombre qu’il refuse d’accepter. Ensemble, ils entament un jeu dangereux qui ne connaît pas de demi-mesure. Nate et Jessie en sortiront-ils inséparables ou déchirés à jamais ? »

Mon avis :
Merci aux éditions Hachette pour cette découverte. Les nouvelles romances de la collection Black Moon étaient toutes très attirantes mais il a fallu faire un choix, et le résumé de ce roman ne me laissait pas indifférente, j'avais vraiment envie d'en savoir plus sur cette histoire d'amour. J'ai donc fait mon choix, et je peux à présent dire que je ne le regrette vraiment, vraiment pas.

Jessie est une jeune fille indépendante avec une forte personnalité. Nate, lui, est un garçon à l'allure de lover, le tombeur dans toute sa splendeur qui ne passe jamais une nuit avec la même fille. Mais cette attirance pour les nuits sans lendemain vient d'un secret profondément ancré en lui. Une enfance destructrice qu'il n'est pas prêt de dévoiler à quiconque. La relation entre les deux jeunes m'a intriguée, mais j'ai surtout apprécié leur côté très humain. Ce sont deux personnages qui ont vécu des choses pas toujours agréables mais qui continuent de vivre. Deux personnages que l'on a envie de découvrir, on veut toujours en savoir plus sur eux et leur histoire et je peux dire qu'ils m'ont touchée et que je me suis vraiment attachée à eux.

Bien évidemment l'histoire possède du suspens mais on se doute tout de même du dénouement du récit, comme avec toutes les romances de cette collection en général. Mais on reste passionné par les événements et certains d'entre eux gardent une certaine surprise pour nous, les lecteurs. Nous voulons savoir quel est le passé des personnages ainsi que savoir aussi quand est-ce qu'ils se rencontreront à nouveau dans un lit. Les scènes de sexe sont explicites donc pour les plus jeunes c'est à éviter si vous ne voulez pas lire ce genre de romance. Mais j'ai trouvé ça décrit avec talent, car ce n'était ni cru, ni niais, ça reflétait une réalité que l'auteur a certainement tenté de mettre dans son roman. Il ne s'agissait pas d'un couple normal, habituel, celui-ci était bien différent de ceux qu'on a l'habitude de découvrir, que ce soit dans la vie ou dans un lit.

L'auteur possède une plume qui nous passionne et qui sait aussi nous transmettre de nombreuses émotions. Car si elle décrit très bien les moments de routine des personnages, elle sait aussi nous mettre la larme à l’œil quand le tout devient un peu trop dur à supporter. Sa plume réussit à nous toucher, et on se rend surtout compte qu'elle crée un lien entre nous et les personnages qui fait que nous sommes très attachés à eux. J'ai vraiment apprécié l'histoire du début à la fin (bon je l'avoue je ne lirais quand même pas ce genre tous les jours car ça serait lassant) et je conseille ce livre à tous les fans de romances.

J'ai donc beaucoup apprécié cette romance qui sortait un peu de l'ordinaire avec des personnages humains au passé sombre. Le côté prévisible n'a en rien gâché ma lecture, j'ai au contraire apprécié l'histoire de la première à la dernière page et c'était un plaisir de découvrir les personnages au fur et à mesure, et de suivre l'histoire d'amour qui naît entre Jessie et Nate. Si vous adorez les romances, alors ce livre ne pourra que vous plaire !

Une très belle histoire d'amour.

dimanche 5 juillet 2015

Les intrigantes - Christine Féret-Fleury.

« Je n'ai pas à étudier son humeur, ni à savoir pourquoi elle désire plaire – j'ai devant moi une toile blanche sur laquelle je puis exprimer librement mon génie. »

Auteur : Christine Féret-Fleury.
Éditions : Hachette.
Genre : Jeunesse, Historique.
Année de sortie : 2015.
Nombre de pages : 220.

Synopsis : « Versailles est en émoi ! Versailles se pâme ! Une nouvelle venue défraie la chronique: c'est une magnifique rousse flamboyante, qui se fait appeler Rouge et dont nul ne sait rien. Le célèbre couturier Claude de Chinelle la prend sous son aile, il en fait son modèle, sa muse. Les jalousies se déchaînent, les rivalités se déclarent: Rouge attise toutes les passions. Ni la belle Élise de la Valle, ni le ténébreux Philippe de Saint-Agrève ne parviennent à percer son secret. L'une la déteste, l'autre l'adore, mais Rouge demeure insaisissable... Bienvenue dans les coulisses de Versailles. Laissez-vous initier aux plus sulfureux secrets d'alcôves. Piquantes, insolentes, sensuelles: les intrigues de la cour du Roi-Soleil comme vous ne les avez jamais lues... »

Mon avis :
Au Bois Dormant de la même auteur avec été pour moi une formidable découverte, un policier vraiment passionnant que je ne pouvais lâcher, et dont je garde de très très bons souvenirs. Les intrigantes quand à lui me tentait moins, mais j'ai voulu savoir ce que l'auteur savait faire avec un autre genre, je me suis donc laissée aller à la curiosité ; merci aux éditions Hachette de m'avoir permis de découvrir ce roman.

Élise et Rouge sont les deux personnages que nous suivons principalement dans ce roman. Chaque chapitre se concentre sur l'une des deux demoiselles. Ici, par de pitié, tout le monde est là pour être reconnu, pour être complimenté et pour être au sommet de sa popularité. Élise est justement une femme à faibles moyens, qui tente d'épouser un bon parti afin d'y trouver richesse – et amour ? Rouge, elle, entre à Versailles pour une raison mystérieuse, et elle fait grande impression : tout le monde la voit, tout le monde veut la connaître, elle est tout simplement sublime. Élise est grandement jalouse de cette dernière, car elle pourrait bien lui voler tout ce qu'elle avait enfin réussi à obtenir. Les personnages ont tous des personnalités bien particulières qu'il était souvent amusant de découvrir, ou parfois choquant, lorsqu'on prend conscience de leurs plus grandes préoccupations, car elles sont d'une superficialité affolante.

L'intrigue est intéressante, ainsi que les lieux décrits. Nous sommes à Versailles, parmi la richesse, les robes encombrantes et les paillettes. Un univers riche dans tous les sens du terme. Malheureusement l'intrigue reste pour moi encore trop mystérieuse, on finit le roman sans avoir l'impression que l'on a avancé dans l'histoire. Certes il y a un second tome mais ce livre-ci était trop court à mes yeux, trop peu d'informations et d'avancées, ce qui fait qu'en refermant le roman j'avais un sentiment de déception en moi ; je m'attendais peut-être à trop. Pourtant l'histoire en elle-même va vous envoûter si vous lisez ce livre, mais j'ai eu un goût de trop peu, une envie de davantage d'histoire pour que ce roman soit une véritable bonne lecture.

J'ai retrouvé le style de Christine Féret-Fleury, mais encore une fois le roman était moins passionnant que Au Bois Dormant qui avait été une incroyable lecture. L'auteur a une belle plume, surtout quand il s'agit de décrire les différents lieux de Versailles ainsi que les gens qui s'y promènent. Les idées sont bonnes, l'intrigue l'est aussi, l'auteur sait garder le suspens, mais la fin nous laisse un peu sur notre faim, d'où ma légère déception pour ce roman. Je me laisserai certainement tenter par le second tome tout de même, pour connaître la suite de cette histoire.

En conclusion, ce roman nous fait passer un agréable moment par son univers merveilleux, ses lieux qui font rêver ainsi que les gens qui y sont. Il aurait été une vraie bonne lecture s'il avait été un peu plus long afin que nous soyons plus intrigués et aussi plus éclairés à la fin. C'est une légère déception car avec Au Bois Dormant j'ai du mettre la barre un peu haut quand à mes attentes, mais si vous appréciez les histoires de Versailles ce roman vous plaira certainement.

Une assez bonne lecture.

samedi 4 juillet 2015

Antéchrista - Amélie Nothomb.

« La lecture n'est pas un plaisir de substitution. »

Auteur : Amélie Nothomb.
Éditions : Le Livre de Poche.
Genre : Contemporain.
Année de sortie : 2003.
Nombre de pages : 158.

Synopsis : « Avoir pour amie la fille la plus admirée de la fac, belle, séduisante, brillante, enjouée, audacieuse ? Lorsque Christa se tourne vers elle, la timide et solitaire Blanche n'en revient pas de ce bonheur presque écrasant. Elle n'hésite pas à tout lui donner, et elle commence par l'installer chez elle pour lui épargner de longs trajets en train. Blanche va très vite comprendre dans quel piège redoutable elle est tombée. Car sa nouvelle amie se révèle une inquiétante manipulatrice qui a besoin de s'affirmer en torturant une victime. Au point que Blanche sera amenée à choisir : se laisser anéantir, ou se défendre. »

Mon avis :
Amélie Nothomb est une auteur que j'apprécie particulièrement car ses livres me promettent toujours de découvrir, et non de lire encore une histoire ressemblante à une autre. Évidemment en lisant Antéchrista je n'ai pas eu le choix que de penser à Respire, qui traite aussi d'une histoire d'amitié excessive. Mais c'était tout de même très différent, très propre à Amélie, évidemment. J'ai lu ce livre en lecture commune avec étincelles de mots et je la remercie d'avoir partagé ce moment avec moi.

Blanche est jeune, sérieuse, renfermée sur elle-même et désireuse de découvrir la vie. Christa est sublime, attirante, fascinante, l'amie rêvée aux yeux de Blanche. Cette dernière va vite tenter de se rapprocher de la merveilleuse jeune fille, et va naître entre elles une relation étrange. Christa va s'installer chez Blanche, mais sans jamais montrer un peu d'affection pour sa nouvelle amie. Elle est fourbe, elle est mauvaise, elle manipule les gens et elle les écrase, faisant penser au monde entier que l'avoir à ses côtés est déjà un privilège en soi. Tout le monde pourrait tomber dans la situation de Blanche, qui sans être naïve a juste désiré exister aux yeux de quelqu'un. C'était un personnage que j'appréciais car ses pensées étaient incroyables, et ses différents point de vue sur la situation étaient très intéressants à connaître. Christa quand à elle est un personnage pour lequel je n'ai rien ressenti à part une profonde haine : je l'ai détestée, cette fille qui profitait des autres. Et je vous parle aussi des parents de Blanche, qui sont, eux, envoûtés par le charme de la charmante Christa, et qui ne croiraient même pas leur fille si elle leur disait du mal d'elle. Christa était forte, très forte, au point que j'ai pardonné les gens du livre qui paraissaient trop faciles à avoir.

J'adore ce sujet, depuis que j'ai lu Respire j'ai envie de découvrir d'autres histoires qui traitent de l'amitié excessive. On a toujours le personnage en manque d'amour, et l'autre qui est là pour lui donner de l'importance, parce que sa seule présence suffit à rendre quelqu'un heureux. Nous sommes ici dans un extrême car Blanche comprend vite que son petit bonheur de solitaire a été écrasé par son envie de se faire connaître à l'université, voir même d'avoir des amis. On assiste à de nombreuses humiliations, car c'est de cette manière que fonctionnent ce genre de relation. Certaines situations nous choquent, et d'autres nous font rire tant elles sont absurdes. Mais je garde surtout comme souvenir que ce roman était passionnant, car bien que court il a réussit à me garder concentrée et charmée par le style de l'auteur.

Vous n'êtes pas sans savoir qu'Amélie Nothomb est connue pour son style spécial, unique, propre à elle-même. Un style que j'adore retrouver dès que je me plonge dans un de ses romans. Elle fait des livres courts, rapides à lire, mais si profonds que je l'admire pour réussir à nous faire ressentir de fortes émotions avec si peu de pages. Dans ce roman on voit bien qu'elle exploite justement avec précision Christa, Blanche, et ses parents. Nous avons le sentiment de réellement connaître cette famille. Nous avons l'envie de nous révolter parce que nous, on le sait que Christa est un monstre. Voilà pourquoi j'ai adoré cette petite histoire : elle avait un sujet passionnant, et il a été exploité avec perfection par cette auteur.

Ce roman était court, mais comme écrit par Amélie, il était fabuleux. On ressent de si fortes émotions négatives en si peu de pages que je ne peux que dire bravo à l'auteur. Et surtout merci pour cette histoire si renversante, perturbante et unique. Ces romans sont en général gênants, mais parfois c'est encore plus que ça. Mais si je ne devais donner qu'un mot, je dirais que ce roman est vraiment passionnant.

Un très bon roman.

> chronique d'étincelles de mots <

vendredi 3 juillet 2015

La Conspiration - Maggie Hall.

« Je sais que tu as peur de tomber, mais parfois il faut savoir lâcher prise. »

Auteur : Maggie Hall.
Éditions : Robert Laffont, Collection R.
Genre : Jeunesse, Aventure.
Année de sortie : 2015.
Nombre de pages : 426.
Synopsis :
« Une énigme millénaire. Des indices aux quatre coins du globe. Une destinée extraordinaire. Ils ont le pouvoir de faire fermer Prada pour une session shopping privée. Mais aussi celui de déclencher une nouvelle guerre mondiale. C'est cette incroyable famille qu'Avery West se découvre à dix-sept ans. Ses membres appartiennent à une redoutable société secrète, le Cercle, qui voit en Avery la clé d'une prophétie millénaire. Écartelée entre des factions rivales, Avery va devoir lever le voile sur l'énigme de ses origines. Accompagnée de deux garçons du Cercle, le beau Stellan à l'humeur changeante et le ténébreux Jack, elle se lance dans une quête qui va la mener du musée du Louvre aux bazars d'Istanbul. Au cœur de la conspiration, Avery va devoir choisir entre sa liberté et sa famille, mais aussi entre le garçon qui pourrait l'aider à sauver l'humanité et celui qui fait battre son cœur. »

Mon avis :
Ce livre est mon premier service presse de la Collection R, je les en remercie grandement, et je ne vous dis pas ma joie quand j'ai ouvert le paquet qui contenait La Conspiration. Je ne savais rien de ce livre et même le résumé me laissait pleine de questions, ce qui fait que je me suis plongée dans ce roman, intriguée, et impatiente des futures découvertes à venir.

Avery, une jeune fille ordinaire, qui passe ses journées à tenter de ne pas s'attacher aux gens pour plusieurs raisons, va voir sa vie être chamboulée à tout jamais. Elle a une famille du côté de son père, et en plus cette famille se trouve faire partie d'une société secrète aux pouvoirs incommensurables. On s'identifie avec grande facilité à ce personnage car elle est tout aussi surprise que nous de la tournure que prennent les événements. On se sent un peu perdu, tout comme elle, et on est plongé dans un univers totalement inconnu que l'on découvre au fil des pages. Les personnages de Stellan et Jack sont assez irrésistibles à mes yeux, chaque protagoniste est bien approfondi pour que l'on puisse se poser des questions sur son histoire tout en le comprenant un minimum. J'ai donc apprécié me sentir proche de ce monde totalement nouveau.

L'intrigue, c'est ce qui nous pousse à poursuivre notre lecture, à toujours avoir cette folle envie d'en savoir plus, encore et encore. Le suspens est très présent, les situations nous surprennent toujours davantage et l'aventure ne fait que commencer. Nous ne cessons d'être totalement étonné des événements, et comme Avery nous n'y pouvons rien, nous assistons à toutes ces scènes sans toujours en comprendre la cause. J'avoue que durant la première partie du roman je n'étais pas totalement convaincue, certainement parce que le manque d'informations me frustrait un peu. Et c'est vers la moitié du roman que j'ai vraiment commencé à apprécier ce livre, jusqu'à ne plus pouvoir le lâcher, et à voir mes pensées tourner autour de l'intrigue même quand je n'avais pas ce bouquin sous mes yeux. Il m'obnubilait, c'était incroyable, et je voulais toujours plus. Même en tournant la dernière page, j'en voulais plus... Je le dis haut et fort : vivement le second tome ! (qui, soit dit en passant, possède la plus belle couverture du monde)

Maggie Hall possède une plume simple, très agréable à lire, et vraiment passionnante. Elle décrit les événements de manière précise mais sans abuser des détails. Ses idées sont vraiment bien organisées car au fur et à mesure que les pages se tournent des liens prennent forme dans notre esprit pour comprendre peu à peu l'histoire ainsi que pour résoudre certains mystères encore intrigants. Elle réussit à nous impliquer dans l'enquête et j'ai apprécié le fait de me poser de nombreuses questions, de tenter d'y répondre voir de comprendre avant les personnages ce que cela pouvait signifier... Le rôle de détective me plaisait grandement ! J'ai donc hâte que le second tome me permette de poursuivre mon enquête.

C'était donc une lecture passionnante, avec un intrigue très bien menée, une auteur qui sait exactement ce qu'elle fait et qui nous intègre à l'histoire si bien qu'on se sent très proche de ce nouveau monde et qu'on se prend au jeu de l'enquête et des indices à résoudre. J'étais un peu perdue au début, certainement un souhait de l'auteur car le personnage principal l'était tout autant, et j'ai aimé comprendre au fil du récit ce qui pouvait m'attendre par la suite. Une enquête qui m'a donc beaucoup plu, et que je vous conseille de découvrir à votre tour.

Un roman passionnant.

mercredi 24 juin 2015

Le Journal de Gurty - Bertrand Santini.

« Maintenant je sais que je m'appelle Gurty, et tant mieux : c'est plus joli. »

Auteur : Bertrand Santini.
Éditions : Sarbacane, collection Pépix.
Genre : Jeunesse.
Année de sortie : 2015.
Nombre de pages : 144.

Synopsis : « Moi, c'est Gurty (quand j'étais petite, je croyais que je m'appelais arrête, mais en fait non). Aujourd'hui, c'est le premier jour des vacances. Gaspard et moi, on a pris le train pour la Provence. Gaspard, c'est mon humain. Il est gentil, joueur, fidèle... et quelle propreté ! En arrivant dans notre cabanon provençal, j'étais si excitée que je faisais des petits bonds, comme quand j'ai des vers. Le vestibule sentait toujours le fenouil, le salon toujours le thym, la cuisine toujours l'andouille et mon panier toujours le chien. Voilà! nous étions en vacances. L'aventure et la rigolade allaient pouvoir commencer. »

Mon avis :
Je connaissais Bertrand Santini sans vraiment savoir quels étaient les romans qu'il avait écrits. Puis Gurty est arrivée, les oreilles levées, toute frissonnante de bonne humeur, et j'ai compris que ce roman allait bien me plaire. Je remercie donc les éditions Sarbacane pour cette superbe découverte, et je suis persuadée que ce livre plaira à tous les petits (mais aussi aux plus grands !)

Gurty est une petite chienne qui, avant, était persuadée de s'appeler Arrête tant on lui répétait « arrête » quand elle faisait des bêtises. Mais maintenant elle sait qu'elle s'appelle Gurty, et elle préfère. Elle nous emmène en vacances avec elle, à Aix-en-Provence, pour nous faire vivre ses aventures au milieu des champs et des flaques de boue. Gurty aime plein de choses, elle aime se rouler de la boue, elle aime rêver, elle aime beaucoup son amie Fleur, mais aussi son ennemi Tête De Fesses (elle l'appelle comme ça car elle le trouve très moche) car sans lui ses vacances seraient moins amusantes. Fleur, la copine de Gurty, est un chien vraiment drôle, mais comme dit Gurty « elle n'est pas normale mais faut pas se moquer » ; elle l'aime beaucoup sa copine Fleur.

Les chapitres sont plus ou moins longs, avec toujours un sujet principal. Ce que je peux vous assurer, c'est que chaque chapitre vous fera rire. Toujours. Je crois qu'un des dons de ce roman, c'est qu'on retrouve toute la naïveté et l'innocence de notre enfance, et que l'apparition du mot « caca » réussit à nous faire rire aux éclats. Le ton est vraiment extraordinaire dans ce livre, car il provoque nos fous-rires à chaque tentative d'humour, et c'est plus qu'agréable de se retrouver avec un grand sourire quand on termine ce roman. Ce qui me pousse à vous dire que ce roman est juste merveilleux pour vos enfants, vos neveux, mais aussi pour vous ! Bon, c'est sûr que c'est un roman pour les plus petits, mais je suis moi-même la première étonnée d'avoir autant apprécié un roman si jeunesse, tellement que si je l'avais lu à 7 ans ce serait mon livre préféré, j'en suis persuadée.

Mais il n'y a pas que l'histoire drôle et les personnages, car quand le récit se termine, il y en a encore ! Des jeux, des recettes amusantes (vous avez déjà fait un gâteau au chat ?), et même une cocotte ! (vous savez, ce jeu en papier, et suivant le nombre qu'on dit et la case qu'on choisit, on a un gage ? Et bien oui, il y en avait une !). Ce roman est donc le petit livre complet parfait pour un enfant qui a envie de rire toute une après-midi, ce livre a tout à mes yeux, et il a même réussi à me détendre et à me faire passer un agréable moment de repos.

Tout est dit : si j'avais 7 ans, ce roman serait mon livre préféré, parce qu'il m'a fait rire aux éclats, sourire, et j'en passe. J'en suis ressortie détendue, amusée, heureuse, et j'espère de tout cœur que si vous l'offrez à votre enfant, votre nièce, peu importe l'enfant à qui vous allez l'offrir, j'espère qu'il appréciera ce roman autant que moi. Et je dois d'ailleurs vous le confier : je n'en doute pas une seule seconde !

Un roman excellent.